Camerounactuel

Douala : un homme d’affaires viole sa mère et sa belle-mère

Nicodème T., homme d’affaires, a commis son double forfait dans la nuit de lundi à mardi, après avoir drogué ses victimes.

Depuis neuf mois, Nicodème T., opérateur économique de 52 ans, hébergeait sa belle-mère à « Village » (arrondissement de Douala III), lieudit « Carrefour Mille problèmes ». La femme, âgée de 62 ans et malade, était partie de son village pour Douala afin d’y suivre des soins. Selon nos sources, une fois guérie, elle avait voulu rentrer, ce à quoi son beau-fils s’opposait. Le 25 septembre dernier, celui-ci demandera à sa propre mère, 73 ans, de venir aussi chez lui.

Les deux seniors auront chacune une chambre dans la résidence. Nicodème gardera le double des clés de chacune desdites chambres, expliquant qu’il pouvait à tout moment avoir besoin de s’enquérir de l’état de ses invitées…

Ce lundi 24 octobre au matin, Nicodème T. envoie son épouse recouvrer des loyers hors de Douala. Le soir, il rentre avec un thé qu’il propose aux deux mères, leur assurant qu’il est bon pour les personnes du 3e âge. La sexagénaire et la septuagénaire prennent le breuvage, avec l’espoir de se sentir mieux après. Sauf qu’après, elles ne sentiront plus rien : elles vont s’évanouir. Nicodème en profite alors pour abuser d’elles.

D’abord sa mère. Le violeur incestueux laisse ses babouches sur les lieux et on l’imagine se diriger, pieds nus et à pas précautionneux, vers la seconde chambre. Où il recommence. Pour des raisons évidentes, l’acte va durer plus longtemps cette fois… Au point de réveiller sa belle-mère.

En un éclair, la concernée comprendra tout, se mettra à hurler et à agripper son agresseur. Ces cris réveillent la mère de Nicodème qui, se retrouvant nue et se sentant en une certaine façon éprouvée, comprend tout elle aussi, et crie à son tour. Tout ce bruit alerte le vigile de la concession, qui rapplique.

Il trouve son patron en bermuda et tee-shirt, qui ne dit rien face à de graves accusations… La belle-mère, entre pleurs et indignation, demande au vigile d’aller chercher son fils (un beau-frère de Nicodème, donc), domicilié dans le quartier, non loin de là. En priorité, ce dernier conduit sa mère à l’hôpital. Entretemps, Nicodème va disparaître. Avec une de ses voitures. Rentrée de sa mission mardi, son épouse ne l’a pas retrouvé. L’homme avait, cela dit, un déplacement prévu sur Yaoundé.

Cameroon Tribune

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien

Les plus lus

Lire aussi