Camerounactuel

Dieudonné Oyono : 4 ans de prison pour rien

L’ancien recteur de l’Université de Douala a été acquitté par le Tribunal criminel spécial. Accusé de détournement et de coaction de détournement d’1,4 milliard de FCFA notamment, il aura passé 4 ans en détention.

19h 09, mardi 04 octobre 2022. Devant la prison centrale de Kondengui, des voitures sont garées. Un mini bus de couleur blanche aux vitres recouvertes de grillages et deux véhicules de couleur noire font la queue devant le haut portail gris ardoise du pénitencier. A côté de ces véhicules, cinq personnes discutent Elles semblent ne prêter aucune attention aux fines gouttes de pluie qui tombent du ciel.

Il s’agit des membres de la famille du Pr Dieudonné Oyono. Ils sont là pour accueillir l’ancien recteur de l’Université de Douala à sa sortie de prison. «Pour l’instant nous voulons juste que notre père sorte. On rentre chez nous pour qu’il se repose», assure l’un des fils de l’universitaire.

«Évidemment nous sommes très contents de la décision du Tribunal criminel spécial», ajoute-t-il le sourire aux lèvres, tout en se décalant pour céder le passage à un jeune homme affublé d’un gros sac. Celui-ci vient de passer les portes de la prison qui s’ouvrent depuis quelques minutes pour laisser passer des personnes qui rangent dans les voitures de volumineux sacs de voyage. Il s’agit des effets personnels du Pr Oyono.

«Jurisprudence»

Non loin de ce jeune homme, se tient, Me Hermine BOUM. Fille et avocate du Pr Dieudonné Oyono. Elle a plaidé dans cette affaire aux côtés de Me Ayissi Atangana.

«Les formalités sont en train d’être terminées, il y a l’ordre de mise en liberté et la levée d’écrou. Maintenant il faut que les formalités soient faites au niveau du Greffe de la prison pour qu’il sorte et qui puisse rentrer chez lui».

Pour cette dernière, la décision du Tribunal criminel spécial s’inscrit comme une jurisprudence. «C’est possible, devant le TCS d’être acquitté. J’ai suivi avec beaucoup d’attention la décision qui a été rendue. Elle a vraiment été motivée par la collégialité et c’est un espoir pour l’avocate que je suis. C’est quasiment un cas de jurisprudence» assure-t-elle.

Quant à la suite de cette affaire (en termes de possibles réparations), le conseil de Dieudonné Oyono assure attendre ses orientations. «Discrétionnairement il verra. Je ne peux pas parler pour lui. Mais je crois que ce dont a besoin le Pr Oyono maintenant, c’est de calme et de repos. Il avisera en temps opportun. Je ne suis pas bien placée maintenant pour en parler» déclare Me Hermine BOUM.

En rappel, le Pr Dieudonné Oyono a été déclaré non coupable par le Tribunal criminel spécial, ce mardi dans les affaires qui l’opposent à l’Etat du Cameroun. Concrètement, il était poursuivi pour détournement et coaction de détournement.

Dans le détail, concernant les accusations d’infraction de coaction de détournement, le Pr Dieudonné Oyono était poursuivi avec l’ancien Agent comptable de l’Université de Douala, Abdoul Aziz, pour la présumée distraction d’un montant de 1,4 milliard de F CFA. Les deux accusés ont été reconnus non coupables.

Dans le cadre des accusations d’infraction de détournement de la Taxe de valeur ajoutée (TVA) relative aux jeux universitaires de l’année 2014/2015, il a également été reconnu non coupable.

Contrairement au régisseur de la Caisse d’avancement reconnu coupable des faits de détournement de derniers publics. Cette décision tombe ceux semaines après une audience au cours de laquelle, le Pr Dieudonné Oyono avait encore clamé son innocence.

«A la suite de mes conseils, je n’ai pas grand à ajouter. J’ai juste des précisions à ajouter sur les chiffres. Celui du détournement où je suis en coaction avec Abdoul-Aziz. J’avais géré le Budget d’investissement public de 2014. La dotation était de 800 millions et le total des dépenses que j’avais ordonnancé avant mon départ de l’université de Douala le 15 septembre 2015 était 679744620 F CFA.

Pour ce qui est de 2015, les marchés ont été passés au quatrième trimestre de l’année. C’est- à-dire après mon départ de Douala. Pour ce qui est de la présomption de détournement d’un montant d’un milliard, 18 marchés avaient été passés pour une enveloppe de 221819282 F CFA. Le ministre des Finances avait autorisé ces marchés» s’était-il défendu.

Cette libération intervient quelques mois après celle de l’ancien ministre de l’Eau et de l’énergie, Basile Atangana Kouna, devant cette même juridiction.

La Nouvelle Expression

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien

Les plus lus

Lire aussi