fbpx

Cameroun Actuel

Croatie et Ukraine qualifiés pour la finale de l’Eurovision

Le journaliste et écrivain Bernard Pivot, qui a su passionner les Français pour les livres qu’il présentait à la télévision, a refermé lundi le livre d’une vie riche passée à interroger des écrivains de légende.

Le présentateur de la mythique émission littéraire d’Antenne 2 « Apostrophes » est mort à Neuilly-sur-Seine à l’âge de 89 ans, a annoncé sa fille Cécile à l’AFP.

Un livre à la main, sa paire de lunettes dans l’autre, il avait également présenté l’émission « Bouillon de culture » et organisé à partir de 1985 les Dicos d’or, championnat d’orthographe vite devenu international.

Bernard Pivot, lecteur aussi scrupuleux qu’il était brillant comme intervieweur, est s’est imposé au fil des ans comme une figure populaire bien au-delà du petit milieu parisien des lettres.

« Apostrophes », le vendredi soir, était regardée par plusieurs millions de téléspectateurs. Grands connaisseurs de la littérature ou modestes amateurs de livres, ils y appréciaient les traits d’esprit, les pensées frappantes de concision, les tirades lyriques ou les engueulades que Bernard Pivot savait susciter chez les auteurs invités.

« Phénomène sociologique »

Le journal Le Monde qualifie l’émission de « rendez-vous incontournable des auteurs et du monde de l’édition ». Pour le magazine Télérama, elle « bouleversa durablement la vie littéraire », « un phénomène sociologique et un objet culturel unique en son genre ».

Ses archives laissent cependant voir une époque où les relations de Gabriel Matzneff avec des mineurs faisaient rire et où l’on fumait et buvait sans aucune retenue.

Quand elle s’est arrêtée en 1990, au bout de quinze ans, la perte a semblé irréparable à ce milieu. Affable, d’humeur égale, Bernard Pivot y était unanimement apprécié.

« Il était gai, il était drôle. Il était sympathique, profondément sympathique », a déclaré sur BFMTV une autre grande figure de la télévision des années 80, Anne Sinclair.

La preuve avec ce bon mot sur Twitter en 2016: « L’habitude des radios de m’appeler à la mort d’un écrivain est si grande que, le jour où je mourrai, elles m’appelleront ».

L’animateur, amateur de bon vin et d’humour, n’avait pas son pareil pour décontracter l’ambiance sur son plateau. Et, dans les conditions du direct, pour tirer le débat vers le haut.

Des géants du XXe siècle se sont assis face à lui pour évoquer le titre qu’ils venaient de publier, tels Marguerite Duras, le…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi