Camerounactuel

Crise anglophone : la société civile condamne l’enlèvement des prêtres dans le Sud-Ouest

Les dirigeants de la société civile camerounaise ont fermement condamné l’enlèvement de cinq prêtres, d’une religieuse et de deux chrétiens laïcs à Nchang, département de la Manyu, dans la région du sud-ouest du Cameroun.

L’acte est vraisemblablement perpétré par des combattants séparatistes qui ont incendié l’église catholique Sainte-Marie de la localité.

Nji Lucas, un leader de la société civile qui s’est adressé à un média privé au Cameroun, a qualifié l’acte de satanique et d’abominable.

Nji Lucas a déclaré que l’acte des combattants séparatistes allait à l’encontre de toutes les lois sur les droits de l’homme et a déclaré que c’était un crime de guerre d’attaquer des écoles, des hôpitaux et des églises.

Il s’est demandé pourquoi un groupe de personnes qui prétendent se battre pour la libération d’un peuple va de l’avant et lui inflige souffrance et torture en le kidnappant.

Le leader de la société civile a déclaré que même en temps de guerre, les enfants, les femmes et les handicapés sont protégés et s’ils sont attaqués, ils sont considérés comme un crime.

Les ravisseurs ont depuis demandé une rançon de près de 60 millions de FCFA pour la libération de leurs victimes.

L’archevêque Andrew Kea de la province ecclésiastique de Bamenda a également pesé sur la situation qu’il qualifie de barbare.

Il a déclaré dans un communiqué qu’ils avaient discuté avec les ravisseurs qui avaient réduit de moitié leurs demandes de la somme d’argent initialement demandée.

« Depuis qu’ils nous ont contactés, ils ne demandent que de l’argent. Il n’y a aucune autre accusation qu’ils portent contre l’église ou ces gens. C’est tout ce qu’ils demandent. Ils prétendent que l’église n’a pas soutenu la lutte pour l’indépendance des combattants séparatistes et donc ils veulent de l’argent.

L’archevêque a dit qu’ils ne peuvent pas commencer ce qu’ils ne peuvent pas finir. Ce qui implique qu’ils n’ont pas d’argent pour payer la rançon aux combattants séparatistes. Leur remettre l’argent les encouragera à commettre davantage de telles atrocités« , a-t-il déclaré.

Les kidnappés sont toujours en captivité depuis le 16 septembre lorsque l’incident s’est produit.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi