Camerounactuel

Crise à la Chefferie Bagam : la chienlit persiste, malgré la fermeté du Préfet

Lasses de voir leur chefferie scellées par les autorités administratives, certaines populations et autres élites ont entrepris d’introniser coûte que vaille le 22 juillet 2022, leur chef, ceci au grand dam du Préfet des Bamboutos qui a tiré la sonnette d’alarme et menacé les fauteurs de trouble via son communiqué du 21 juillet 2022.

Le préfet du département des Bamboutos porte à la connaissance du public que malgré toutes les mesures conservatoires par lui prises depuis l’année dernière en vue de maintenir le calme et la tranquillité à la chefferie Bagam, des ennemis de lu paix continuent d’user des basses manœuvres visant un passage en force dont l’objectif est de parvenir à leurs fins, même au pris du sang des paisibles populations « , a indiqué dans un ton ferme, le préfet du département des Bamboutos Franklin François ETAPA, dans son communiqué du 21 juillet 2022.

En effet, selon des sources crédibles, certaines personnes qualifiées  » d’agitateurs  » par le chef de terre, parce que fichés par les services de renseignement, ont demandé aux populations de Bagam d’arborer des gandouras de couleur blanche et de se masser le long de la route qui mène à la dite chefferie, en vue  » d’ovationner le chef  » dont la sortie était prévue pour le 22 juillet 2022.

Il s’agit pour ces personnes, de mettre la pression sur les autorités gouvernementales, pour que les travaux de la commission mise sur pied par le gouverneur de la Region de l’Ouest AWA FONKA Augustine, afin de faire la lumière sur les consultations des notabilités coutumières de 2020.

En fait, cette commission devait tenir sa première réunion le 22 juillet 2022, à la mairie de Galim. Mais cette réunion a été reportée sine die. Pour autant. Franklin ETAPA martèle qu’ « aucune mesure de levée des scellés sur les portes de lu chefferie n’a été ordonnée, ni prise par qui que ce soit« .

L’impatience des populations de Bagam est entretenue par le vide autour du processus de succession en cours, mais davantage par certaines informations donnant à croire à une levée imminente desdites scellés. Une sorte de bras de fer est d’office lancée entre ces populations lasses des atermoiements de l’administration, et les autorités administratives locales. Ce bras de fer est de nature à provoquer des troubles à l’ordre publie et menacer la côhésion sociale à Bagam.

C’est pourquoi, il a été ordonné « l’interdiction systématique des rassemblements et attroupements à l’intérieur et autour de la chefferie Bagam« . Il va s’en dire que la crise successorale à la chefferie de Bagam dans les Bamboutos, est à l’image de celle à la chefferie Bangou dans les hauts plateaux de l’Ouest. Plusieurs personnes se disputent le fauteuil de successeur dé S.M.Jean Marie S1MO NZOSS1E TENK.EU, ci-devant 14ème Roi des Bagam, décédé le 23 mai 2020.

Malgré les concertations organisées par le préfet des Bamboutos Franklin ETAPA, depuis le 19 juin 2021, dans la salle des fêtes de la commune de Mbouda, pour calmer la chienlit au sein de la chefferie Bagam, la paix et la cohésion sociales sont loin d’être de retour au sein de cette chefferie de 2ème degré.

Les juridictions camerounaises se sont saisies de l’affaire. Un autre front de bataille a été ouvert au Tribunal d’instance de Mbouda par un Collectif d’avocats, agissant pour le compte de certains membres de la famille du défunt roi des Bagam, décédé le 23 mai 2020.

Une assignation en nullité datée du 21 juillet 2021 de la lettre testament, élément déclencheur de la crise au sein dé cette chefferie, était à l’audience pour la première fois devant la chambre civile du Tribunal d’instance des Bamboutos, le 05 août 202 L Elle était portée par un Collectif d’une dizaine d’avocats agissant pour le compte de certains membres de la famille royale.

Testament traditionnel

Il convient d’indiquer que la succession en milieu Bamiléké se fait de père en fils, La désignation du successeur suit un canevas particulier qui, parfois est galvaudée par les notables muent par l’appât du gain né de la corruption. En principe, c’est sur la base d’un testament traditionnel laissé aux notables, que la désignation du successeur s’appuie.

Seulement, ce testament est. parfois verbal, sans une quelconque preuve physique ou matériel et. ne s’appuyant que sur le serment (Le Kadji) des notables habilités pour la cause. Ce type de testament est à l’opposé du testament moderne enregistré par un notaire. Les consultations entreprises par le Préfet des Bamboutos en vue de la résolution de la crise née de la succession de S.M.Jean Marie SIMO NZOSS1E TF.NK1 U, ci-devant I4ème Roi des Bagam, décédé le 23. mai 2020, sont encore loin de porter les fruits escomptés.

Les joutes judiciaires associées aux guerres de tranchées intrafamiliales vont prendre du temps. La chienlit qui prévaut au sein de la chefferie Bagam ternit l’image de ce groupement peuplé d’environ 30 000 âmes. Depuis le 15 mai 2021, un autre gros scandale défraie la chronique dans cette localité située dans l’arrondissement de Galim, département des Bamboutos, région de l’Ouest.

Scandale

Contre toutes attentes, et manu militari, le 23 mai 2021, les princes, reines et notables vont molester, rudoyer et détrôner le 15ème roi en fonction. Il est reproché à Hong TENDOP ZOSSIE SIMO Dieu- donné, d’avoir été intronisé sur la base d’un faux testament. Signalons que la succession à l’Ouest, se fait de père en fils. Le 15ème roi serait entré au Laakam sans la compagnie d’une femme.

Il lui est reproché entre autres selon Josué PROWO TSUEHGAP ci-devant prince et notable Bagam, son autoritarisme, d’avoir mis des fétiches dans les champs de certaines reines avec le soutien de certains notables,’d’avoir cadenassé certaines résidences de reines, de casser des calebasses de purification dans les carrefours, ce qui ne cadre pas aux us et coutumes bamiléké, de décoiffer publiquement un notable accusé d’être grincheux et rebelle. Hong TENDOP ZOSSIE SIMO Dieudonné est accusé de n’en faire qu’à sa tête.

Par ailleurs, il lui est reproché d’avoir dilapidé une bonne partie des terres Bagam (50 ha) qu’il aurait vendues sans partage. Le 23 mai 2021, à l’occasion d’une messe d’action de grâce célébrée à la chefferie, en la mémoire de son défunt père, plusieurs princes, notables outrés par les agissements du roi, vont débarquer sur les lieux, arrêter le monarque, le rudoyer. Il sera tiraillé et brutalisé.

Fort heureusement Fong TENDOP ZOSSIE SIMO Dieudonné parviendra à sortir des griffes des bourreaux et s’enfuira. G’est alors que séance tenante, une cérémonie d’arrestation d’un autre chef sera organisé. A l’is sue de cette cérémonie, MOUOYEBE ZOSSIE Mathurin, ci-devant ingénieur de poste et télé

communication, sera arrêté puis immédiatement introduit au Laakam.

Origine des disputes

Selon nos sources, le problème à la chefferie Bagam nait après le décès de son 9èrhe monarque Fong PEHUE TENDOP Paul. TENDOP lui succède et devient le lOèmeFo’o. Il mourra 7 ans plus tard en laissant des enfants à bats âges. C’est alors que PEHUE TENDOP Paul ci-devant frère du défunt, lui succède, en attendant que les fils Tendop grandissent et récupèrent le trône. Cette régence qui date de plusieurs années, seraient parmi tant d’autres faits, à l’origine des problèmes actuels à la chefferie Bagam.

Comme à Bangou dans les Hauts-Plateaux, les conflits de succession proviennent de la vacance du pouvoir et des régences. Ce serait alors que Célestin NOCHIPUWO qui serait issu de la lignée originelle du 9ème monarque, se revendique légitime pour régner à Bagam. Cette querelle a resurgit lors de l’intronisation du 15ème Fo’o des Bagam, en la personne de Fong TENDOP ZOSSIE Dieudonné, le 1er août 2020, ceci après le décès de son père survenu le 15 mai 2020.

Certains notables, désireux de rétrocéder la paternité de la chefferie à la lignée originelle, ont décidé d’arrêter Célestin NOCHIPUWO et introduit immédiatement au Laakam. Cette situation a fait du grabuge et le préfet de l’époque, Ernest EWANGO BUTU, au vu du désordre causé par la division des notables sur le successeur du 14ème monarque, avait frappé du point sur la table.

C’est après coup, que les notables désigneront TENDOP ZOSSIE SIMO Dieudonné comme étant le 15ème roi des Bagam. Toujours est-il que pendant tout ce temps, deux successeurs tous se sentant légitimes, ont été introduits au Laakam. Mais fort du soutien des autorités administratives, Fong TENDOP ZOSSIE SIMO Dieudonné sera reconnu administrativement comme 15ème Fo’o des Bagam.

Ouest Echos

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi