Camerounactuel

Cinquantenaire de l’Unité : le mouvement Frankiste chassé du défilé à Ebolowa

Quoiqu’ayant une existence légale, le Mouvement dédié à Frank Biya, fils du président de la République, n’a pas pu prendre part à la parade de la place de fête de Nko’ovos qui renouait avec la célébration du 20 mai, en présence du gouverneur de la région du Sud.

Une semaine dédiée à la célébration des cinquante années de l’unité entre le Cameroun occidental et le Cameroun oriental qui avaient cheminé de 1961 à 1972 dans le fédéralisme. Puis vint l’ère de l’union, le 20 mai 1972. C’est bien cette particularité qui a mobilisé toute la République du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest. La thématique de ce cinquantenaire, « forces de défense et de sécurité au service du peuple, pour la préservation de la paix sociale et de la cohésion nationale, gage de l’émergence du Cameroun ».

Pour dire que sans la paix aucun développement n’est possible. On ne saurait oublier la cohésion nationale aujourd’hui, avec le vivre-ensemble, les camerounais qui ne s’acceptent plus. Le cinquantenaire de l’unité devrait couronner toutes ces bonnes intentions, et resserrer à nouveau ce pacte scellé il y’a plusieurs années. La place de fête de Nko’ovos à Ebolowa n’a pas dérogé à la mouvance de ce cinquantenaire de l’unité.

Tout commence à 10 heures avec l’arrivée du représentant du Chef de l’Etat, le gouverneur de la région du Sud Félix Nguelé Nguelé. Accueil, honneur militaire puis place au défilé proprement dit. Place d’abord au défilé militaire dans le respect du nombre par carré, des cadencés dans l’ordre et la discipline des armées. Puis vint le tour des civils avec en tête les établissements du primaire, du secondaire et du supérieur.

Les associations devraient alors boucler cette parade. Le Rdpc, avec ses sections Mvila-centre I avec Dr Daniel Edjo’o maire de la ville d’Ebolowa et Mvila-centre II avec à sa tête Eric Gervais Ndo, vice-président du conseil régional du Sud. Après ce déploiement, le public s’attendait à voir poursuivre le défilé avec d’autres formations politiques alliées et représentées à l’assemblée nationale. Le parti de Bello Bouba Maïgari fut stoppé net à l’entrée du couloir du défilé, la raison est qu’ils n’ont pas pu mobiliser leurs militants pourtant, ils étaient plus du nombre requis.

Paix et développement

C’est dans ce piège qu’est tombé également le Mouvement citoyen pour la paix et l’unité, mouvement dédié à Frank Biya, fils du président de la République. Ils avaient une mobilisation forte, et tous en uniforme ce qui présageait qu’ils étaient venus célébrer les cinquante années de l’unité.

Pour Roger Ongoto Ondoua, délégué régional du Sud mouvement frankiste, « nous avons pris part aux réunions préparatoires, on a mobilisé nos membres et sympathisants. C’est sur les lieux qu’on nous informe que les associations ne défilent pas. Pourtant dans un même pays et sous la même loi, on a défilé à Sangmélima, Bafia, Mbalmayo, Kribi et à bien d’autres lieux du pays. Le mouvement est pour la paix et le développement et Frank Biya est notre leader ».

Il faut noter que bien que n’étant pas encore un parti politique, mais ce mouvement à une existence légale. On peut dire que le malheur des uns fait le bonheur des autres puisque le Rdpc s’est déployé dans tous ces compartiments dépassant même le nombre requis par carré.

Pour le président de la section Mvila-centre II, Eric Gervais Ndo, « comme parti poli- tique, nous sommes heureux avec le retour du défilé. La thématique de l’unité appelle toutes les composantes de la nation à se mettre ensemble pour le chantier de l’émergence. Heureux de montrer aux camerounais et aux yeux du monde que le Cameroun est un et invisible ». Un défilé qui a été apprécié dans l’ensemble par le numéro un de la région.

Pour Félix Nguelé Nguelé, « le 20 mai 2022 dans notre circonscription s’est déroulé dans l’ordre, la paix et la discipline. Nous avons assisté à une très grande parade, ce passage a permis de lire beaucoup d’engagement à l’endroit des idéaux que prône son excellence Paul Biya ».

Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles