Camerounactuel

Chronique littéraire. Sénateur : origine, rôle et signification dans le contexte camerounais

LA PETITE CHRONIQUE LITTERAIRE DU SOLEIL LEVANT

 

Le treize janvier dernier, dans un communiqué, le président de la république convoquait le collège électoral  « à l’effet de procéder à l’élection des sénateurs ». Le mot est dit. Le peuple s’arrache les cheveux. C’est que la vie est chère et il s’interroge sur l’opportunité, voire l’utilité de ce corps pour la bonne marche du pays. Mais d’où nous vient ce concept ? Quel peut-en être son sens dans le contexte politique africain ?

Ce mot est emprunté du terme latin de même sens senator, dérivé par l’intermédiaire de senatus (sénat) de l’adjectif senex qui signifie vieux, vénérable. (Académie française, rubrique langue française) ; un sénateur serait donc étymologiquement un ancien, une personne vénérable qui est membre d’un sénat. Que nous raconte l’histoire sur cette notion.

Dans l’antiquité romaine, au commencement, le sénateur est un vieillard ou le chef d’une grande famille. Avec ses paires, Il est choisi pour conseiller le roi, sauvegarder les coutumes dont il est le dépositaire, il assure  l’interrègne. Il jouit d’une grande autorité religieuse et politique.

Sous la république romaine, c’est un ancien magistrat nommé à vie. Il a des pouvoirs étendus car le sénat est devenu la plus haute instance du gouvernement de Rome. Avec ses paires, il est chargé du budget de l’Etat, de la gestion de la politique extérieure, il décide également de la paix et de la guerre pour l’Etat. Les sénateurs sont désignés par le terme latin patres qui signifie « pères ».

Aujourd’hui, un sénateur désigne un membre du sénat qui est la chambre haute du pouvoir législatif ; au Cameroun, il est membre d’un parti politique, âgé d’au moins quarante ans, citoyen camerounais d’origine et résident effectif sur le territoire de la région dont il veut être le sénateur. Il peut être élu par les maires et les conseillers régionaux ou nommé par décret présidentiel.

Le sénateur peut être de sexe féminin ou masculin. Toutefois, homme ou femme, le titre reste masculin, sénatrice étant employée dans certains pays pour désigner l’épouse du sénateur. C’est dire que dans la langue française de nombreux emplois sexistes restent encore à purifier. Quel nom désignera donc l’époux du sénateur de sexe féminin ? Mais pourquoi le rôle du sénateur reste incompris dans le contexte qui est le nôtre ?

Les traditions africaines regorgent d’une pléthore de modèles d’organisations politiques. L’incompréhension serait peut-être liée à une transposition qui ne correspond pas toujours à nos cultures et surtout à nos besoins. Ne serait-il pas temps aujourd’hui pour les africains de s’inspirer de leur culture pour construire des régimes politiques plus cohérents avec leur vision du monde et leur tradition ?

NAZAC

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien

Les plus lus

Lire aussi