Camerounactuel

Choléra à la prison de New Bell : plus d’une vingtaine de morts selon le MRC

Un communiqué est rendu public ce jeudi 25 août 2022 par le Secrétaire National Délégué chargé des Droits de l’Homme et de la Gouvernance. Me Désiré Sikati, déplore l’environnement insalubre dans lequel vivent les prisonniers, et exige que le gouvernement prenne des dispositions pour éradiquer cette maladie en milieu carcéral.

Selon le Mouvement pour la Renaissance du Cameron (MRC), l’épidémie de choléra qui sévit en ce moment à la Prison centrale de Douala a déjà fait « plus d’une vingtaine de morts ».

La situation épidémiologique du principal pénitencier de la capitale économique est très préoccupante en ceci que « les pensionnaires de la prison de Douala n’ont toujours pas accès à l’eau potable, et sont pour la plupart en contact permanent avec les excréments, urines, déchets, eaux usées etc.… lesquels sont les principaux vecteurs du choléra dans ce milieu carcéral », dénonce le Secrétaire National Délégué chargé des Droits de l’Homme et de la Gouvernance, Me Désiré Sikati, dans un communiqué rendu public ce jeudi 25 août 2022.

Ce cadre du parti de Maurice Kamto rappelle également que le Cameroun a ratifié des lois et règlements supranationaux, qui l’obligent à se conformer à leur stricte application, en l’occurrence la Nelson Mandela Rules, qui est une convention portant Ensemble des Règles Minima des Nations Unies pour le traitement des détenus.

Le MRC formule un certain nombre de recommandations au gouvernement pour préserver les prisonniers. Il s’agit notamment de : « prendre toutes les mesures d’urgence pour stopper l’expansion du choléra en milieu carcéral ; prendre les dispositions afin que des soins de santé appropriés soient accordés dans l’urgence à tous les détenus souffrant de cette épidémie hautement mortelle ; prendre les mesures adéquates pour éradiquer une fois pour toute le choléra en milieu carcéral comme c’est le cas dans tout pays civilisé ».

Il faut rappeler au passage que plusieurs militants du MRC arrêtés lors des manifestations du 22 septembre 2022, sont incarcérés au sein de cette prison.

Voici l’intégralité du communiqué du MRC :

COMMUNIQUE DU MOUVEMENT POUR LA RENAISSANCE DU CAMEROUN (MRC) SUITE A LA RESURGENCE DE L’EPIDEMIE DE CHOLERA A LA PRISON DE DOUALA

Le MRC porte à l’attention de l’opinion publique qu’une épidémie de choléra se vit actuellement au sein de la prison de Douala.

A ce jour, l’on dénombre plus d’une vingtaine de morts et de nombreux cas critiques en cours.

La résurgence du choléra dans cette prison quelques mois seulement après la précédente épidémie de choléra laisse penser que les autorités administratives et pénitentiaires n’ont pas tiré les conséquences de la situation.

En effet, les pensionnaires de la prison de Douala n’ont toujours pas accès à l’eau potable, et sont pour la plupart en contact permanent avec les excréments, urines, déchets, eaux usées etc.… lesquels sont les principaux vecteurs du choléra dans ce milieu carcéral.

Le MRC rappelle aux autorités en charge de l’administration pénitentiaire que le Cameroun est signataire de la convention portant Ensemble des Règles Minima des Nations Unies pour le traitement des détenus (NELSON MANDELA RULES) dont la règle 1 dispose que « tous les détenus sont traités avec respect dû à la dignité et à la valeur inhérente à la personne humaine » ; disposition au demeurant reprise en ces termes par le Pacte International des Droits Civils et Politiques « toute personne privée de sa liberté est traitée avec humanité et avec respect de la dignité inhérente à la personne humaine ».

Au regard de cette situation grave, alarmante et critique, le MRC demande aux autorités pénitentiaires de :

1-Prendre toutes les mesures d’urgence pour stopper l’expansion du choléra en milieu carcéral.

2-Prendre les dispositions afin que des soins de santé appropriés soient accordés dans l’urgence à tous les détenus souffrant de cette épidémie hautement mortelle.

3-Prendre les mesures adéquates pour éradiquer une fois pour toute le choléra en milieu carcéral comme c’est le cas dans tout pays civilisé.

Fait à Yaoundé le 25 Août 2022

Le Secrétaire National Délégué chargé des

Droits de l’Homme et de la Gouvernance.

Maître Désiré SIKATI (Avocat)

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi