Camerounactuel

CAN 2021 : Salim Ben Boina, l’ange gardien des Comores

Lancé par le sélectionneur Amir Abdou face au Maroc, le gardien de buts a livré une prestation impressionnante dans la cage des Cœlacanthes malgré la défaite (2-0). Le portier qui n’a jusque-là connu aucune compétition en tant que pro a réalisé de tels exploits qu’il a été désigné homme du match.

Il y a la vision pessimiste de la situation des Comores. Celle qui constate qu’après deux matches dans cette Can 2021, la sélection comorienne n’a connu que la défaite et n’a pas encore marqué. Et puis, il y a la vision optimiste. Celle qui souligne que le novice peut encore se qualifier pour les huitièmes de finale. Celle aussi qui apprécie la performance XXL de Ben Boina face au Maroc.

Bien sûr, Selim Amallah (16e) et Zakaria Aboukhlal (89e) l’ont pris à défaut. Mais entre ces deux buts, le gardien a écœuré les Lions de l’Atlas. Ben Salim Boina a, selon le principe mis en place par l’entraîneur Amir Abdou, succédé à Ali Ahamada dans la cage. Et il a brillé comme jamais lors du dernier quart d’heure de jeu. La triple occasion d’Aguerd, Saïss et Masina?

Magistralement annihilée. Le penalty – qu’il a lui-même provoqué – de Youssef En- Nesyri ? Repoussé des genoux. Le face-à-face avec En-Nesyri encore dans la foulée ? Remporté avec autorité. Pendant quelques minutes, Ben Boina a semblé tout simplement invincible, au point de faire douter le Maroc qui ne menait alors que 1-0.

Dans les tribunes, y compris celle occupée par les journalistes, les exploits du mur Ben Boina ne sont pas passés inaperçus. En toute logique, le gardien s’est vu décerner le titre d’homme du match. Et c’est sous une ovation méritée qu’il a quitté le terrain.

Apparition remarquée

Quelques minutes après, au micro de nos confrères de Rfi, Ben Boina rigole : « C’est une première, pour moi, de sortir sous les ovations, surtout à /’extérieur ! » « On kiffe ces moments, ils sont inoubliables. Je pourrai les raconter à ma famille, à mes enfants. Avant ce match, on me disait de prendre du plaisir et de me régaler, car on ne joue pas tout le temps une Can », ajoute-t-il.

Le dernier rempart du club amateur de l’Union sportive Marseille Endoume Catalans en National 3, soit le cinquième échelon en France, assure qu’il va « prendre le temps de savourer ce trophée » d’homme du match. Mais il n’oublie pas la situation sportive des Comores : « Ce qui me gagne là, c’est la déception de ce match. On perd 2-0 alors qu’on aurait pu ne perdre que 1-0, ou pourquoi pas faire match nul. Mais bon, c’est le football. On est encore une petite nation, on a beaucoup à apprendre. Ce n’est pas fini, et si on doit partir, on reviendra plus grands. »

Avec aucun point au compteur et une différence de buts de -3, la sélection des Comores ne peut plus qu’espérer une place parmi les meilleurs troisièmes pour espérer être encore là en huitièmes de finale. Pour cela, il faudra battre le Ghana le 18 janvier, en améliorant si possible la différence de buts, et espérer que cela suffise.

« Tant que c’est mathématiquement jouable, on y croit. On mettra ça entre les mains de Dieu et on verra », martèle Ben Boina. Interrogé sur ses rêves après cette première apparition remarquée en Coupe d’Afrique des nations, le héros du jour a confié qu’il nourrit toujours celui de « quitter le monde amateur » et « d’aller chercher le monde professionnel ».

Le natif de Marseille, adepte de beach-volley également, ne s’interdit pas d’y penser en tout cas. Et comme il le dit lui-même : « C’est un rêve que j’ai toujours aujourd’hui et qui est réalisable. Pourquoi pas le réaliser à 30 ans ? »

Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles