Camerounactuel

CAN 2021 : le Maroc affirme avoir toujours été aux côtés du Cameroun

Dans une série d’interviews, le patron de la Fédération royale marocaine de football a assuré n’avoir jamais voté pour un quelconque report de la CAN 2021.

« Nous avons toujours été à ses côtés et réciproquement ». Après les vives critiques à l’encontre de la position marocaine, qui semblait favorable à un éventuel report de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) au Cameroun, Fouzi Lekjâa, le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), assure qu’il n’a jamais été question, en réalité, d’un quelconque soutien à l’Egypte et au Burkina Faso.

Interrogé par Jeune Afrique, celui qui est également ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et des Finances chargé du Budget, balaie les accusations. Lekjâa n’était-il pas favorable à un report de la CAN 2021 ? « Ce n’est absolument pas le cas. Il s’agit de rumeurs sans fondement ni logique », répond-il tout simplement.

Le patron du foot marocain tente d’expliquer, dans son interview, qu’il a, lors de l’assemblée générale de la CAF, au Caire, « validé à l’unanimité le démarrage de la CAN à partir du 9 janvier ». Fouzi Lekjâa de revenir sur une déclaration « pour dire que le royaume mettait tous les moyens en œuvre pour aider le Cameroun à organiser la compétition », après un premier camouflet il y a deux ans.

Ces accusations d’avoir voulu faire reporter, voire annuler, la CAN, Fouzi Lekjâa les balaie et affirme que, si la question s’est posée, c’est simplement à cause de la situation sanitaire, de la découverte du variant Omicron et pas à cause d’un retard pris par le Cameroun.

« Lorsque le variant Omicron a commencé à circuler activement, le président de la CAF, Monsieur Mostepe, a invité les membres du Comité exécutif à une réunion dont l’ordre du jour était exclusivement consacré à la CAN dans le contexte sanitaire. À l’issue de cette réunion, j’ai moi-même félicité le Cameroun pour les efforts d’adaptation qu’il a fournis ».

« Nous avons toujours été à ses côtés et réciproquement », poursuit Fouzi Lekjâa, qui « rappelle que la dernière fois que la CAN s’est déroulée au Cameroun, elle a été remportée par le Maroc ».

« Personne n’a parlé de report »

Au sein du comité local d’organisation de la CAN, on croit peu à ces explications. Depuis plusieurs semaines, des proches du comité affirment être les victimes d’une tentative de déstabilisation menée par le Maroc, et plus généralement par la Fédération internationale de football (FIFA). « Ce mépris à l’égard de l’Afrique doit cesser », s’emportait une source proche du comité local d’organisation de la CAN en décembre, au moment où était évoqué une éventuelle annulation de la compétition.

Dans une sortie pour le moins médiatisée, l’ancien footballeur camerounais Roger Milla avait ouvertement affirmé, en citant le Maroc et l’Egypte, que « les pays maghrébins sont ceux qui mettent toujours le bordel, qui mettent toujours le désordre ». « S’ils ne sont pas Africains, qu’ils aillent jouer pour l’Europe, pour l’Asie ou bien pour d’autres, mais qu’ils ne viennent pas mettre le bordel dans le continent africain », poursuivait-il. L’ancien Lion indomptable s’est, depuis, excusé.

Deux jours avant d’être interrogé par Jeune Afrique, Fouzi Lekjâa avait déjà affirmé à RFI que « personne, je dis personne, n’a parlé de report. C’était l’inverse. Moi-même, j’ai vu les évolutions des infrastructures, des stades, c’est quelque chose d’extraordinaire ».

Pourtant, en décembre, le comité exécutif de la CAF, qui était réuni à Doha cette fois, avait déjà fait un premier vote contre le report de la CAN. Un scrutin pour lequel, selon nos sources, il n’y avait pas eu unanimité. D’autres sources assurent que trois membres avaient voté pour le report de la CAN : l’Egyptien Hani Abu Rida, le Burkinabè Sita Sangaré… et le Marocain Fouzi Lekjâa.

Le Maroc n’a jamais commenté cette information. Côté burkinabè, on assure qu’il n’a jamais été question de voter mais plutôt de débattre d’un éventuel report. Cependant, il est de notoriété publique que, lorsque le président de la FIFA, Gianni Infantino, poussait les pays africains à le soutenir pour obtenir le report de la CAN, il a toujours pu compter sur les soutiens égyptien et marocain.

Le Journal de l’Afrique

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles