Camerounactuel

CAN 2021 : l’arbitre Janny Sikazwe « aurait pu mourir d’un coup de chaleur »

L’arbitre de la CAN, Janny Sikazwe souffrait d’un coup de chaleur et d’une déshydratation sévère et a été transporté à l’hôpital après avoir donné le coup de sifflet final prématurément à deux reprises, lors de l’affrontement Tunisie-Mali.

Le Zambien Janny Sikazwe a mis fin au match de la Tunisie contre le Mali 13 secondes avant la 90e minute.

S’adressant aux médias zambiens à son retour dans son pays, il a raconté aux journalistes des cas où certains arbitres n’ont pas pu rentrer chez eux après leur service à l’extérieur de leur pays.

« J’ai eu de la chance de ne pas tomber dans le coma. Cela aurait été une histoire très différente.

« Les médecins m’ont dit que mon corps ne se refroidissait pas. Il aurait fallu peu de temps avant que [je ne tombe] dans le coma, et cela aurait été la fin.

« Je pense que Dieu m’a dit de mettre fin au match. Il m’a sauvé. »

Bien que certains fans aient qualifié le tournoi d’embarras, le chef des arbitres de la CAN, Essam Abdel-Fatah, a défendu la performance de Sikazwe, qui a également officié lors de la Coupe du monde 2018 en Russie, affirmant qu’il souffrait des effets du niveau de chaleur de 34 degrés. et 65 % d’humidité à Limbe.

Les conditions d’actualité du Cameroun, qui ont vu certains matchs se jouer à des températures supérieures à 30 ° C et à une humidité élevée, ont causé des problèmes lors du tournoi, l’Algérie les citant comme un facteur dans son match nul 0-0 contre la Sierra Leone.

Sikazwe a expliqué que les médecins qui l’ont évalué après le match ont déclaré qu’il lui restait un peu de temps à partir du moment où il a terminé le match avant qu’il ne puisse tomber dans le coma. « Et cela aurait pu être la fin », a-t-il déclaré.

Ronald Simwanza et le parrain de l’Association des fans de sports de Zambie, Peter Mambo. Sikazwe a expliqué que ce qui lui était arrivé ce jour-là était inhabituel car il avait atteint un point pendant le match où il ne pouvait pas entendre la communication des autres officiels.

Il a dit que la situation s’est aggravée en seconde période à un stade où il a de nouveau commencé à entendre des voix étranges. « Dans un scénario normal, il est permis de dire au quatrième officiel de continuer un match au cas où vous ne seriez pas en mesure de continuer, mais je ne pouvais pas le faire car il y avait une étape où je ne pouvais entendre personne et même le dispositif de communication est devenu trop chaud et j’ai même eu envie de le jeter », a-t-il expliqué.

« Voici à quel point la situation était mauvaise. » Sikazwe a également déclaré qu’il avait été choqué d’apprendre de son collègue qu’il avait mis fin prématurément au match alors qu’il communiquait avec certaines personnes qui lui avaient dit de mettre fin au match.

« Je ne sais pas si je me parlais à moi-même, mais une chose que je sais, c’est que les Zambiens ont de la chance de me recevoir comme ça aujourd’hui », a-t-il déclaré. Sikazwe a déclaré qu’il avait appris de son erreur et qu’il en sortirait plus fort. « Ce que je crois maintenant, c’est que nous avons échoué. Nous n’avons pas réussi. Mais si vous échouez, ce qui est important, c’est de vous élever.

Le lendemain du match Tunisie-Mali, Sikazwe s’est rendu à l’hôpital pour des tests cardiaques, sanguins et physiques – mais tous ses résultats sont revenus normaux.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles