fbpx

Cameroun Actuel

A l’ONU, Israël et l’Iran s’accusent mutuellement

Israël et l’Iran se sont mutuellement accusés dimanche à l’ONU d’être la principale menace pour la paix au Moyen-Orient. Ils appellent chacun le Conseil de sécurité à imposer des sanctions contre leur ennemi juré.

« Le masque est tombé. L’Iran, premier soutien mondial du terrorisme, a exposé son vrai visage de déstabilisateur de la région et du monde », a lancé l’ambassadeur israélien à l’ONU Gilad Erdan lors d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité convoquée à son initiative après l’attaque sans précédent de Téhéran contre Israël.

« Le masque est tombé, il faut enfiler les gants », a-t-il ajouté, appelant le Conseil de sécurité à « agir ». Il lui a ainsi demandé de désigner comme « organisation terroriste » les Gardiens de la révolution, l’armée idéologique de la République islamique, et d' »imposer toutes les sanctions possibles contre l’Iran avant qu’il ne soit trop tard ».

Il a en particulier fait référence au mécanisme du « snapback » qui permet aux membres de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 – dont les Etats-Unis sont sortis en 2018 -, de réimposer les sanctions internationales contre Téhéran, alors levées en échange de l’engagement iranien à ne pas mener d’activités nucléaires à des fins militaires.

« Essaim de 300 drones »

« Nous avons une responsabilité collective en tant que membres du Conseil de sécurité d’assurer que l’Iran respecte les résolutions du Conseil et cesse ses violations de la Charte » de l’ONU, a souligné de son côté l’ambassadeur américain adjoint Robert Wood.

« Dans les prochains jours, en consultations avec d’autres Etats membres, les Etats-Unis vont examiner des mesures additionnelles pour que l’Iran soit tenu responsable, ici aux Nations unies », a-t-il ajouté.

Selon l’armée israélienne, l’Iran a envoyé dans la nuit de samedi à dimanche « un essaim de 300 drones tueurs, des missiles balistiques et des missiles de croisière ». Une attaque que les Israéliens affirment avoir largement déjouée.

L’Iran a justifié son attaque baptisée « Promesse honnête » en réponse à la frappe le 1er avril contre son consulat à Damas. Israël n’a ni confirmé ni démenti cette frappe qui a coûté la vie à sept membres des Gardiens de la révolution.

« Droit à l’autodéfense »

« Le Conseil de sécurité a failli à son devoir » en ne condamnant pas la frappe du 1er avril, a affirmé l’ambassadeur iranien à l’ONU Amir Saeid Iravani. Et « dans ces…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi