fbpx

Cameroun Actuel

31 communes suspendent leur contribution à la facture sociale

Le retour du Canton de Vaud dans les chiffres rouges aura déjà animé un premier débat au Grand Conseil. Les députés ont, en effet, eu de longues et vives discussions mardi autour d’une résolution UDC demandant « une plus grande efficience de l’Etat » par une réduction des charges d’au moins 2% sur les comptes 2025 par rapport aux comptes 2023.

Défendue par le chef de groupe UDC Cédric Weissert, la résolution était initialement soutenue par plus de 25 parlementaires, pour l’essentiel UDC mais aussi Vert’libéraux et un PLR. Après environ une heure de débat, le texte, non contraignant, a finalement été largement classé, rejeté par 84 élus contre 32 qui le soutenait (et 16 abstentions).

Pour rappel, les comptes de l’Etat de Vaud 2023 présentent un déficit opérationnel de près de 40 millions de francs, le premier depuis 2004. Avec des charges en hausse de 4,7% par rapport à 2022.

« La présentation des comptes 2023 a mis en lumière une augmentation effrénée des charges – notamment des charges pérennes – de l’Etat de Vaud. Cette augmentation excessive des charges a conduit le Conseil d’Etat à présenter des comptes 2023 négatifs, alors même que les revenus de l’Etat continuent, eux aussi, d’augmenter. Il s’agit donc de freiner cette augmentation excessive des charges par un plan de mesures destiné à réduire globalement les charges », a dit l’élu UDC.

Trop radicale et précipitée

Plusieurs députés, de tous bords politiques, ont estimé que la résolution était impossible à mettre en oeuvre, puisqu’au départ elle évoquait une réduction de 2% des charges sur les comptes 2024 par rapport à ceux de 2023. Le budget a été voté, des engagements et investissements ont déjà été pris, il y a donc un problème de « temporalité et de faisabilité ».

Le texte n’est « pas assez sérieux », « trop vague », « sans propositions concrètes » ou encore « trop violent dans sa volonté de couper » dans les charges, ont dit des élus de gauche mais aussi PLR. L’UDC prône « une politique d’austérité et non d’efficience », a dit en substance le chef de groupe PS Sébastien Cala. « C’est une attaque claire et franche contre les services publics », a critiqué de son côté la Verte Rebecca Joly.

A gauche, d’autres parlementaires ont tenu à rappeler que ce n’étaient pas les charges opérationnelles qui avaient explosé mais les charges conjoncturelles (inflation, croissance démographique et conjoncture…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi