Cameroun Actuel

Yaoundé : comment la Direction générale des impôts a été cambriolée

La découverte a été faite mardi au petit matin à l’immeuble de la Direction générale. Toute la journée, l’accès aux locaux était interdit aux étrangers. Une enquête est ouverte à la Police judiciaire.

La Direction générale des Impôts (DGI) à Yaoundé a été cambriolée. Les événements se sont déroulés dans la nuit du lundi 7 à mardi 8 juin. Hier matin, à l’immeuble siège, l’atmosphère était lourde. « Vous ne pouvez pas entrer aujourd’hui. Ce sera un peu compliqué d’avoir vos rendez-vous », lance systématiquement l’un des éléments de police posté à la guérite.

Les usagers pressés d’entrer pour assister à une réunion ou récupérer un document seront stoppés net. Accès interdit aux personnes n’y travaillant pas. Aux environs de lOh, des véhicules de la police et de la gendarmerie se succèdent dans l’enceinte de la DGI.

Selon quelques indiscrétions, plusieurs bureaux ont été ouverts et saccagés dans l’immeuble récemment inauguré. « C’est surtout au 10e étage que les dégâts sont importants. Les documents sont saccagés et versés à même le sol », commente un employé, avec son collègue.

Aucune précision supplémentaire sur ce qui a été emporté ou détruit. Aucun officiel ne souhaite s’exprimer sur le sujet. « Pour le moment, nous sommes encore sous le choc. Difficile de vous orienter vers quelqu’un pour un premier bilan », indique une source bien introduite.

Sur place, l’on apprend également que grâce aux caméras de surveillance installées dans le nouvel immeuble, le parcours du ou des brigands a été enregistré. Jusqu’à 12h, aucun étranger n’accède à l’enceinte de l’immeuble. Sauf si un cadre vient le chercher à la guérite et laisse des assurances.

« Les éléments de police et de gendarmerie sont en pleine enquête. Nous avons même aperçu des éléments de la police scientifique avec leurs équipements. Il y a certainement des empreintes à relever et des documents à examiner », indique un des éléments de police posté à la guérite. Suite à cette intrusion malveillante qui intervient à peine six mois après l’inauguration du nouveau siège, une enquête est ouverte à la Police judiciaire.

Cameroon tribune

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi