Cameroun Actuel

Refinancement : le Cameroun à l’assaut des marchés internationaux

En dépit des réserves émises sur le rythme et la qualité de son endettement et malgré des débuts mitigés sur le marché des capitaux internationaux en 2015, l’eurobond du Cameroun dénommé REPCAM 9,5% 19 novembre 2025, coté sur la Bourse de Dublin en Irlande suscite l’intérêt des investisseurs.

Le président de la République, Paul Biya, a signé le 26 mai 2021 une ordonnance modifiant et complétant certaines dispositions de la loi de finances 2021 votée par le parlement en décembre dernier. Désormais, « le gouvernement est autorisé à négocier et éventuellement à conclure au cours de l’exercice 2021, à des conditions sauvegardant les intérêts financiers de l’État ainsi que sa souveraineté économique et politique, des emprunts concessionnels et non concessionnels de montants globaux respectivement de 350 milliards de FCFA et de 750 milliards de FCFA», dispose l’article 49 nouveau de la loi de finances. Il s’agit simplement d’élargir le spectre de l’endettement pour lever des capitaux sur le marché international.

En effet, dans l’ancienne disposition, ces emprunts non concessionnels étaient plafonnés à 300 milliards de FCFA. Désormais, le plafond est fixé à 750 milliards de FCFA, soit une hausse de 450 milliards de FCFA. Cette hausse vise principalement le rachat partiel ou total de l’eurobond de 450 milliards de FCFA émis en 2015, selon l’ordonnance présidentielle. Le Cameroun devrait rembourser son eurobond de 2015 à partir de 2023 à raison de 150 milliards de FCFA par an, en plus des Intérêts payés depuis plusieurs années déjà.

Incertain de pouvoir honorer ces engagements eu égard à des tensions de trésorerie évidentes, le gouvernement aurait pu se tourner vers ses partenaires bilatéraux ou même vers le marché local pour refinancer sa dette. Il a pourtant choisi de repartir sur le marché de l’eurobond en s’appuyant sur l’expertise de Rothschild & Co, comme principal arrangeur. Cette décision s’avère pour l’instant judicieuse quand on considère le volume de la demande des investisseurs internationaux pour tes ‘titres d’emprunts internationaux (eurobonds) émis par le Cameroun sur le marché européen des capitaux.

L’eurobond du Cameroun est bien côté

Selon des indicateurs consultés par (Agence Ecofin sur des plateformes d’investissement, le titre REPCAM 9,5% 19 nov 2025 (nom de code de l’eurobond camerounais sur les, marchés) proposé à 109,3% de sa valeur faciale il y a une dizaine de jours, était sollicité à prè§ de 110,27% de sa valeur le 12 avril 2021. Au 4 mai 2021, chacun des titres qui le composent était demandé à 112% de leur valeur d’émission, tandis que les investisseurs qui les détiennent ne voulaient les céder que contre une valeur équivalente à 113,2% de celle de son émission.

Dans ce contexte, l’obligation qui a débuté avec un taux d’intérêt facial de 9,5%, un des plus élevés en 2015 lorsque le Cameroun inaugurait son arrivée sur le marché international des capitaux, offre un rendement de 6,1% pour tout investisseur qui achèterait le titre aujourd’hui pour le conserver jusqu’au remboursement initial qui est prévu en novembre 2025.

« Cette réaction du marché est une bonne nouvelle pour le Cameroun qui pourrait avec cette opération, faire d’une pierre deux coups. Il repousserait les échéances de remboursement de son eurobond qui est prévu entre 2023 et 2025, à raison de 150 mil-Jiards FCFA par an… Le pays pourrait aussi profiter des conditions actuellement favorables du marché international des capitaux pour réduire le service de la dette sur cette obligation. Certes, il va prolonger la période où il paiera des intérêts à ses investisseurs étrangers de l’opération, mais il pourra éviter un défaut de paiement à un coût relativement moindre que celui de l’emprunt initial (9,75%) », analyse l’Agence Ecofin.

En dépit des critiques compréhensibles qui se font récurrentes sur le rythme et la qualité de la dette du Camerpun force est de constater que le refinancement de précédents emprunts est devenu pour ainsi dire monnaie courante sur le marché international des.capitaux.

Selon les données de (Institute of International Finance, d’ici 203.0, les besoins de liquidité des pays d’Afrique subsaharienne pour rembourser leurs dettes en devise se chiffrent en centaine de milliards $, qu’il faudra bien lever. Mais le pays a pu résister comme beaucoup d’autres dans la sous-région, et surtout, a continué de rembourser sa dette internationale, malgré des pressions sur ses ressources extérieures et des défis économiques au niveau interne.

Aussi, les titres d’emprunts les plus convoités comme ceux des Etats-Unis ou des pays européens ont commencé à offrir des rendements négatifs ; ce qui a poussé certains investisseurs à rechercher des opportunités de placements rentables. Plusieurs pays africains dont le Cameroun ont bénéficié de cette détente des taux sur les marchés. On comprend dès lors pourquoi dans sa dernière notation, l’agence américaine de notation Moody’s a fait passer ses perspectives pour le Cameroun de « négatives » à « stables ».

Le Jour

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi