Cameroun Actuel

Manifestations de Genève : Cavaye Yéguié et Niat Njifenji parlent «d’aliénation mentale»

Les présidents des deux Chambres du Parlement sont sortis de leur «silence» habituel pour défendre Paul Biya. Ils accusent les membres de la BAS de souffrir de troubles mentaux.

Les récents évènements qui se sont déroulés dans la capitale Suisse ont provoqué un tôlé au sein du pouvoir. Au rang des Institutions qui ont réagi aux annonces de manifestation de la Brigade anti-sardinard (Bas), le Parlement. Marcel Niât Njifenji et Cavaye Yéguié Djibril se sont laissé aller à des communiqués de presse, le 16 juillet dernier, visant à condamner les agissements de cette partie de la diaspora camerounaise.

Commune aux deux sorties, la référence aux troubles mentaux chez les manifestants. «Aussi en rappelant le caractère hautement sacré de l’Institution qu’est le président de la République, Chef de l’Etat, ceci quelque soit le pays où il se trouve, le Sénat et les sénateurs, par ma voix condamnent fermement ces agissements antipatriotiques et irresponsables, et appellent ces Camerounais égarés à se ressaisir et à adopter, tous et chacun, une attitude digne des ambassadeurs de notre pays qu’ils devraient être», a déclaré le président de la Chambre Haute du Parlement.

Une approche similaire à celle de son homologue de la Chambre Basse.

«…L’Assemblée nationale déplore et regrette cette défiance récurrente vis-à-vis des Institutions Républicaine et de celui qui les incarne, Son Excellence Paul Biya, qui par ailleurs a été élu par la grande majorité des Camerounais le 07 octobre 2018….

Aussi l’Assemblée nationale condamne cette aliénation mentale et affirme que les problèmes du Cameroun se règlent au Cameroun et par les Camerounais. Elle marque une indignation quant à ces méthodes et les condamne, avec la dernière énergie, ainsi, que ces. auteurs et commanditaires tapis dans l’ombre», a quant à lui assuré Cavaye Yéguié Djibril.

Au-delà de ces condamnations multiformes, le Parlement a appelé à riposter contre les manifestations récurrentes des membres de la Brigade Anti-sardinard. Pour Marcel Niat Njifenji, des action en justice sont la solution.

« J’invite par conséquent ‘nos compatriotes de la diaspora à stopper toute diffusion et manifestation de ces comportements irrévérencieux, outrageants et intolérables en restant des patriotes dignes et responsables et engagés dans la construction nationale…Il est en effet inadmissible qu’au nom de la démocratie, des personnes facilement identifiables puissent impunément lancer des appels visant à s’en prendre à l’intégrité physique d’un Chef de l’Etat et à organiser des actions dans ce sens ».

Le PAN, fidèle de la théorie, du complot appelle plutôt la BAS à ne pas se prêter au jeu de certains acteurs. «Elle (l’Assemblée nationale) appelle les Camerounais de l’Etranger à plus d’attachement et d’amour pour leur pays et à son image et à faire preuve d’un sens élevé de patriotisme au lieu de servir les ambitions personnelles de certains ou l’agenda caché d’autres qui ne rêvent que de voir le Cameroun sombrer dans le chaos.»

Ces sorties des présidents des Chambres du Parlement sortent de leur approche habituelle. En effet, les prises de position de Marcel Niât Njifenji et Cavaye Yéguié Djribil ont toujours eu pour contexte les sessions ordinaires du Parlement Cantonnées aux discours d’ouverture ou, de clôture de ces mois de travail.

Ben Christy Moudio | La Nouvelle Expression

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles à la Une

Lire aussi