Cameroun Actuel

Lutte contre le désordre urbain : commerçants et agents s’affrontent à Bafoussam

Engagés dans la libération de la chaussée envahie par les vendeurs, les éléments de la Communauté urbaine de Bafoussam sont confrontés à des poches de résistance.

Il est un peu plus de 11 h, ce 09 juin, les agents de la police municipale à la Communauté urbaine de Bafoussam (Cub) dans un pick-up double cabine de couleur noire, garent leur véhicule au lieu-dit « Carrefour Total d’en bas ». C’est ainsi qu’on va vivre un véritable sauve-qui-peut, des commerçants, désormais habitués à eux.

« Ces gens ont décidé depuis quelques jours de nous pourrir le marché », lance une vendeuse d’aubergines dans une brouette. Cette dernière aux aguets, murmure ainsi après avoir décidé de se déplacer avec sa marchandise de peur de tomber sur le coup de la sanction.

« Comprenez-moi mes enfants. Je ne savais pas qu’il est interdit de vendre ici. Je ne vais plus jamais m’installer sur la chaussée. Je suis nouvelle. Comprenez-moi. Remettez-moi mes mangues », supplie cette vendeuse de fruits prise au piège des agents de la police municipale de la Cub, en mission de lutte contre le désordre urbain et l’incivisme. « Vous allez venir chercher votre marchandise à la Communauté urbaine », lance un agent en tenue de service, sur laquelle est estampillée « Police municipale » de la Cub.

A la montée du marché A de la ville de Bafoussam, les commerçants plus courageux retrouvent peu-à-peu la chaussée après le passage de ces agents. L’un .d’eux, observe les gestes des récalcitrants sur cette route.

« Ces commerçants nous prennent comme des simples blagueurs. Nous allons user de tous les moyens de répression réglementaire pour faire régner l’ordre dans les marchés, les quartiers et surtout sur les principaux axes routiers du périmètre urbain. Notre mission est de donner à la ville de Bafoussam le visage d’une belle cité », lance-t-il à un agent de la police qui les accompagne.

Au rond-point Beao, les commerçants ayant explosé leurs produits sur la chaussée, d’un œil vigilant interpellent tout passant en lui proposant la marchandise. « Les meilleures mangues asso. Quatre à 100F », flatte une commerçante installée derrière son étal, les pieds dans une rigole. A l’observation, chaque vendeur sous le coup de la sanction pour avoir violé cette décision de déguerpir les uns et les autres sur la route, semble jouer au rusé afin de faire ses affaires. Ces agents s’accompagnent de leur camion destiné au transport des produits confisqués.

Cette intervention sur le terrain, intervient ainsi après -quelques mois de sensibilisation. A la Cub, une source confie que cette opération qui rencontre des poches de résistance sur le terrain, rentre en droite ligne de la feuille de route de Roger Tafam, maire de la ville de Bafoussam. Ce dernier en plus de sa détermination à mener une lutte sans merci contre le désordre urbain, l’insalubrité, l’incivisme, caresse également le rêve d’offrir aux populations de la ville de Bafoussam un cadre de vie favorisant leur épanouissement et leur bien-être, par la construction des infrastructures et équipements répondant aux normes de la modernité.

Le Jour

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi