Camerounactuel

L’épouse d’un ex-membre du gouvernement accusée de filouterie de loyer

La société Hysane Cameroun menacée d’expulsion, accuse dame Lekenne Rose de leur avoir sous-loué injustement un immeuble appartenant à la mairie de la ville de Yaoundé.

L’affaire ébranle une jeune entreprise qui s’est retrouvée malgré elle mêlée dans une affaire de sous-location d’un immeuble bâti et appartenant à la mairie de la ville de Yaoundé.

À I’ origine de cette histoire rocambolesque, l’on retient que les promoteurs de la société Hysane Cameroun spécialisée dans l’hygiène hospitalière, industrielle, la lutte antiparasitaire (souris, cafards, moustiques, mouches, serpents, blattes) se sont mis à la recherche d’un local pour installer le siège de leur entreprise.

Dans les multiples démarches, ils se retrouvent face à l’épouse d’un ancien ministre de la ville Lekene Donfack. Celle-ci leur présente un local situé sur la façade arrière de l’hôtel de ville de Yaoundé, en face de l’école primaire privée La retraite. Elle se présente alors comme propriétaire du dit bâtiment et perçoit régulièrement les loyers y afférant depuis 2015.

Tout se passe bien pour l’entreprise de salubrité Hysane jusqu’au jour où elle voit débarquer des agents de recouvremertt de la mairie de Yaoundé qui brandissent des impayés de loyers de plusieurs mois. Tout en leur rappelant que l’espace en question est une propriété de la mairie. C’est alors qu’Aloa Justin et ses collègues réalisent donc que l’épouse de l’ancien membre du gouvernement Leke/ie Donfack faisait de la sous-location, ce que n’admet point la super mairie de Yaoundé.

Le pot aux roses découvert, la dame Rose Lekene décide d’expulser de force l’entreprise de son siège.se faisant, plusieurs biens mobiliers de la société Hysane Cameroun sont vandalisés et jetés hors du bâtiment par les gros bras recrutés par cette dernière. Elle dit vouloir récupérer le bâtiment pour y ouvrir une pharmacie.

L’affaire est portée en justice et les promoteurs de l’entreprise ont gain de cause. Parallèlement, plusieurs actions sont engagées auprès de la super mairie par le management de Hysane pour continuer à utiliser le local querellé. Pour avoir sa version des faits, toutes les tentatives menées par le reporter de La Nouvelle Expression pour joindre madame Lekene Donfack se sont avérées infructueuses.

Pour manifester sa bonne foi, Hysane verse courant 2021, 12 mois de loyer perçue par la mairie de la ville. En lieu et place d’une régularisation de sa situation par la mairie, elle voit son expulsion de ces locaux se confirmer.

Réclamations et Supplications

La hiérarchie de Hysane Cameroun depuis des années ne demande qu’à mener ses activités.

Plusieurs actions ont été engagées pour régulariser cette situation. D’abord sous Gilbert Tsimi Evouna alors délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Yaoundé et aujourd’hui avec le super maire Luc Atangana. Selon les nombreuses correspondances dont nous avons eu copie, Hysane Cameroun supplie à la limite le super maire de laisser l’entreprise continuer ses activités en ce lieu.

Malheureusement aucune de ces démarches n’a jusqu’ici eu un écho favorable. Une situation désastreuse, qui met en péril le quotidien de nombreuses familles des travailleurs de l’entreprise.

Plus encore, l’embarras des promoteurs est énorme, vu qu’ils ont tout abandonné en Europe pour venir investir au Cameroun. Ils ne désespèrent pour autant pas selon leurs dires, eux qui disent avoir foi à un dénouement favorable.

La Nouvelle Expression

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles