Cameroun Actuel

Le dernier sermon de Tsala Essomba

Fondateur du ministère « Va et raconte », l’homme de Dieu est mort au petit matin du dimanche 18 juillet 2021, à la clinique du Jourdain à Yaoundé, des suites d’un arrêt cardiaque.

Il a poussé son dernier soupir aux aurores un dimanche. Le jour du Seigneur. Un jour béni. Comme un symbole ! Une preuve par 7 qu’ « il était un vrai fis de Dieu », pour reprendre certains de ses ouailles, meurtris par la nouvelle de son décès mais convaincus qu’il ressuscitera auprès du Très haut.

Entre prières, sermons et recueillement, ils ont transformé son « temple » de Yaoundé, en un mur de lamentations. En attendant que le pro- gramme de ses obsèques ne soit rendu officiel, on invoque le Seigneur pour le repos éternel de celui qu’on appelait affectueusement « papa ».

Sur les raisons de son décès, des proches parlent d’une attaque foudroyante d’un Accident vasculo-cérébrale (Avc) à laquelle il n’a malheureusement pas survécu. Son corps, apprend-on, a été déposé à la morgue de l’hôpital Gynéco obstétrique de Yaoundé.

Dans la foulée, des versions sur le film de la dernière nuit du célèbre prédicateur s’amoncèlent. Entre ceux qui réfutent catégoriquement l’argument d’une mort naturelle et ceux qui y voient une main criminelle, chacun y va de ses révélations.

« Le Dr Tsala Essomba tient une réunion le samedi avec les anciens de l’église. Il était bien portant. Durant cette réunion, l’homme de Dieu fait certaines réprimandes par rapport à un certain nombre de situations au niveau du ministère.

Dès qu’il finit aux environs de 21h, il retourne dans son bureau. C’est là qu’il fait un Avc. Il tombe de sa chaise. Les gens priaient. On l’amène à la clinique « Le Jourdain ». A un moment la perfusion ne passait plus. C’est en ce moment qu’on s’est rendu compte qu’il était mort », a confié Dieunedort Kamdem, un autre pasteur à la réputation controversée et désormais établi en Côte d’Ivoire.

Attaque spirituelle

En effet, ce dernier soutient mordicus que le propriétaire de la radio « Fréquence Vie » a été victime d’une attaque spirituelle savamment ficelés par ses ennemis tapis dans les ténèbres. « Les gens reviennent au Cameroun et vous les tuez ; un homme de Dieu bien portant.

Personne ne veillait sur sa santé comme le pasteur Dr Tsala. Il mangeait bio. Il fait une crise et meurt comme ça. Si ce n’est pas une attaque, c’est quoi ? », s’interroge l’ex promoteur de la Kanodi Ministry communication. Une sortie qui vient en rajouter à la vive polémique qui s’est emparée des réseaux sociaux depuis que la triste nouvelle a été confirmée.

De l’illustre défunt, on garde le souvenir d’un prédicateur qui avait le verbe haut et des allures d’un sapeur congolais, déterminé à montrer le chemin de Dieu à ces milliers de fidèles aux yeux de qui il était l’élu du Seigneur. Comme ses célèbres devanciers nigérians, Martin Tsala Essomba savait cristalliser les attentions et attirer les foules.

Lorsque le gouvernement a décidé, en août 2013, de fermer les « Églises de réveil », il a ainsi mis ses moyens de communication en état d’alerte pour protéger son investissement. Comme principale ligne de défense, « Va et Raconte » met en avant des arguments censés plaire au régime.

Et le discours semble avoir eu l’effet escompté puisque, sans justifier son revirement, le gouvernement avait suspendu la mesure. Mieux, T sala Essomba se posait en « défenseur des intérêts du peuple face aux étrangers : dans sa bouche, les Chinois et les Indiens sont ainsi des démons dominateurs venus des ténèbres qui auraient pris le contrôle de l’économie du pays pour y construire… des bouddhas en or », rapportaient nos confrères de Jeune Afrique qui lui ont consacré en 2014, un portrait au vitriol.

Parti de rien, l’homme a bâti son « temple » grâce aux dons des « brebis », comme il nommait ceux qui fréquentaient son Église. Contrairement au clergé catho- lique, le prédicateur n’a jamais fait vœu de pauvreté. Au contraire. Il avouait même posséder des entreprises qui exécu- tent des marchés publics. Et dire que toutes ces richesses ne sont que vanité !

Christian Tchapmi | Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles à la Une

Lire aussi