Cameroun Actuel

Le Cameroun officialise la vente de quatre médicaments locaux pour lutter contre le Covid-19

Les adjuvants au traitement proposés par des Camerounais ont reçu le quitus du ministre de la Santé publique et peuvent être mis sur le marché pendant trois ans.

Adsak-Covid/Exi-lir-Covid, de Mgr Samuel Kleda, Corocur poudre du Dr Yabgnigni, Soudicov Plus de l’imam Modibo et Palubek’s de Madame Christine Bekono. Voilà les quatre produits qui viennent en appui au traitement du Covid-19 qui viennent d’être homologués par le ministère de la Santé publique pour une durée de trois ans.

La commission nationale du médicament qui a siégé du 17 au 19 mai 2021 mai dernier avait pour mission d’examiner les demandes d’homologations de médicaments soumis en examen en vue de la mise sur le marché. A l’issue des assises, les quatre produits de la pharmacopée camerounaise ont été retenus l’attention des membres de la commission et plus précisément, Corocur.

Traitement du Covid-19

« C’est un médicament traditionnel amélioré. Il faut comprendre que ce type de médicament ne suit pas les mêmes canaux qu’un médicament chimique dont les dossiers administratifs e techniques sont soumis », explique le Dr Salihou Sadou, directeur de la pharmacie, du médicament et des laboratoires.

En effet, dans le cas des médicaments traditionnels améliorés, l’examen des dossiers les dispensent de plusieurs choses.

« Déjà, ils sont classés en quatre catégories. La catégorie 1 correspond aux produits qu’on peut boire à l’instant et qu’on ne peut pas conserver pendant longtemps. La deuxième catégorie fait intervenir les tests qu’on fait en laboratoire, notamment ceux de toxicité, de photochimiques, et ceux d’innocuité. Ces produits sont conditionnés et conservés sur un long terme. Les médicaments des catégories 3 et 4 sont les produits qui en plus de la phase clinique, ont une forme qui est totalement très proche des produits chimiques », poursuit l’expert.

Ces produits, indique-t-il viennent en appui au traitement du Covid-19. S’agissant de leur mise sur le marché, le circuit commence par les grossistes pharmaceutiques qui vont les introduire dans le circuit de Vente. Les pharmacies d’officines, les hôpitaux et toutes autres structures pharmaceutiques de dispensation pourront les mettre à dispositions pour être vendus sous prescription.

Cameroon tribune

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles à la Une

Lire aussi