Cameroun Actuel

La multinationale Nestlé reconnaît vendre des produits dangereux pour la santé

Épinglée par un système de notation australien qui classe les produits alimentaires selon leur degré de nocivité pour la santé, la multinationale Nestlé a admis dans une note interne que certaines de ses marques peuvent être préjudiciables à la vie.

La déclaration de la firme australienne qui sert de référence à beaucoup d’institutions internationales, a eu l’effet d’une bom65 concernant le géant de l’industrie agro-alimentaire. Selon son système de notation qui classe les aliments sur une échelle de 0,5 à 5, la majorité des produits vendus par Nestlé, le numéro un mondial de l’-alimentation, ne sont pas “sains”.

Réagissant à cette saillie, la multinationale Nestlé au cours d’une présentation interne à ses cadres dirigeants a reconnu que 37 % seulement de ses produits alimentaires et des boissons vendus, hors aliments pour animaux et compléments nutritionnels, obtiennent une note supérieure à 3,5″ sur l’échelle de qualité nutritionnelle australienne.

Nestlé reconnaissant que “plus de 60 % de ses boissons et produits alimentaires vendus sous des marques grand public [Nescafé, Nestea, Maggi, Buitoni…] ne peuvent être qualifiés de « sains selon des critères attestés ». Dans le détail, 70 % des produits alimentaires n’ont pas atteint ce seuil, 96 % des boissons (à l’exception du café) et 99 % dés glaces et confiseries.

Justifiant ses turpitudes, le top management de Nestlé affirme que certains de ses produits et gammes ne seront jamais bons pour la santé en dépit des efforts pour les améliorer: «Notre portefeuille est toujours sous-performant par rapport aux critères de santé dans un paysage où la pression réglementaire et les exigences des consommateurs grimpent en flèche. Ses récriminations arrivent au très mauvais moment pour la multinationale Nestlé qui par le passé avait déjà été soupçonnée par une association nommée Foodwatch qui se bat pour une alimentation sans risque, de mettre sur le marché des laits pour bébé contaminés par des dérivés de pétrole.

L’association Foodwatch, avait défrayé la chtonique à l’époque en révélant avoir trouvé dans des laits infantiles des contaminations aux huiles minérales, un dérivé de pétrole. Devant le scandale retentissant déclenché par cette affaire, le silence des pouvoirs publics camerounais et celui des organisations consuméristes locales donnent des sueurs froides aux consommateurs camerounais qui veulent connaître la vérité sur l’état des produits du catalogue Nestlé vendus au Cameroun.

Plainte pour pollution contre la multinationale Nestlé

Comme un malheur n’arrive jamais seul, voici que pêcheurs français dont les activités sont mitoyennes de l’usine Nestlé de Challerange dans les Ardennes, accusent la mtiltinationale qui y produit du lait en poudre, de pollution après le déversement dans l’Aisne, d’effluents de boues biologiques provenant de sa station d’épuration, qui a entraîné la mort de milliers de poissons asphyxiés par la faiblesse de la quantité d’oxygène. Se basant sur l’article 432.2 du code de l’environnement », les pécheurs français estiment le préjudice à « plusieurs milliers d’euros ».

La Voix du Centre

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi