Camerounactuel

Famine mondiale annoncée : où en est le Cameroun avec les réserves alimentaires stratégiques?

Les pays riches annoncent être en mesure de vivre en autarcie pendant un mois. Et le Cameroun, alors ?

Combien de temps le pays de Paul Biya peut-il vivre sans rien importer ni exporter ? Telle est la question qui taraude les dirigeants des Nations avec le dérèglement multiforme apporté par le Covid-19.

Le débat fait rage et les opinions publiques des différents pays pensent que dans un tel contexte, la notion de solidarité internationale aura vécu. Le premier challenge au-delà de tant d’autres est l’alimentation des masses.

Pendant combien de temps le Cameroun peut-il tenir sans importer ni exporter si toutes les Nations du monde fermaient leurs frontières comme cela s’est vu récemment ? il est vrai que toutes les Nations n’ont pas fermé les frontières entre mars et avril 2020, mais si tel devrait être le cas aujourd’hui, le Cameroun serait-il en mesure de vivre en autarcie? Cette interrogation pour apocalyptique qu’elle soit relève de plus en plus, non plus du virtuel mais de la réalité depuis l’avènement du virus de Wuhan en décembre 2019.

Deux ans jour pour jour, le démon qui a décimé environ 5,3 millions de vies dans le monde, n’a pas encore fini d’étaler son appétit inextinguible à ôter des vies. Les variantes se multiplient, de plus en plus redoutables avec le temps, plongeant les États dans une psychose sans fin.

La dernière trouvaille pour les Etats fortunés du monde, même si cela n’est pas officiellement avoué, est de fermer leurs frontières pour mieux gérer la pandémie : rien ne sort, rien n’entre. Et là commencent toutes les difficultés, le chemin de croix, la descente aux enfers des États qui vivent au jour le jour. Les Etats débrouillards !

Assister les pouvoirs publics Dans le monde entier, les pays développés assurent être en mesure de tenir pendant au moins un mois sans qu’il y ait un seul cri d’angoisse. Combien de temps peut tenir le Cameroun? A côté de nous, le Nigeria, échaudé par la crise de 2008, s’est lancé dans la construction de grands silos au niveau fédéral. Ce pays voisin capte systématiquement toutes les céréales produites dans les pays autour de lui.

Ne demandez donc plus où vont le riz de Dop et de Yagoua, les meilleurs riz du continent ! Le ministre de l’Agriculture et celui du commerce devraient dès à présent s’atteler à constituer systématiquement cette réserve alimentaire pour en faire des réserves stratégiques au niveau national. C’est un impératif.

A côté de cette obligation, le Gicam pourrait réfléchir de manière froide à sa capacité d’assister les pouvoirs publics dans la constitution de cette cagnotte alimentaire de réserve pour tous.

Personne ne l’oublie : quand la catastrophe apparaît, les billets de banque ne sont d’aucune utilité. Si les banques puissantes pouvaient commencer à constituer leurs réserves en produits alimentaires ! C’est là, le questionnement qui devrait intéresser en dehors de la Can TotalEnergies2021, nos pouvoirs publics.

Ce qui s’est passé aux temps bibliques en Egypte est en route. Sept ans d’abondance contre sept ans de famine. Sept ans de vaches grasses contre sept ans de vaches maigres ! C’est une question de politiques publiques. Mayday ! Mayday ! Quelqu’un écoute ?

Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Lire aussi

No Content Available