Cameroun Actuel

Eurobonds à Paris : Louis Paul Motaze et les 450 milliards

En bon négociateur, le Minfi réussit avec succès une opération de levée des fonds sur les marchés financiers internationaux à Paris; dans le même coup, restaure la crédibilité et l’image du Cameroun qui commençait à s’enliser et à être ternie.

« Vous avez été extraordinaires dans le fait que vous avez su concilier l’intransigeance qui était la vôtre dans la sauvegarde des intérêts et la souplesse qu’il fallait y mettre; parce que nous étions quand même en négociations. Ce que vous avez réussi est ce qu’on appelle: une main de fer dans un gant de velours ».

Ravi et encore ému par le succès remporté avec la confiance des experts financiers qu’il a conduits à l’opération de levée des fonds dans le cadre des marchés à Paris, Louis Paul Motaze était bien content vendredi dernier, à la faveur d’une séance de debriefing avec les hauts cadres de son département ministériel. Saluant leurs options et ceux des autres services de l’Etat, dans un satisfecit des grands jours, le ministre des finances a exprimé sa satisfaction, ses félicitations à l’équipe de la fabuleuse aventure parisienne.

Louis Paul Motaze a évoqué le contexte difficile et les barrières franchies en inter- ne pour lever ces fonds; de la production législative à la phase opérationnelle. C’est tout naturellement que dans la distribution des bons points et félicitations à tous ceux qui ont contribué au succès éclatant de l’opération que le Minfi a exprimé sa gratitude et sa reconnaissance au Minetat Sgpr pour la bonne cohésion, la disponibilité et la célérité dont il a fait montre.

À peine la loi votée au Sénat, Ferdinand Ngoh Ngoh a rapidement pré- paré tous les éléments qui ont été présentés au président de la République Paul Biya pour signature et promulgation de la loi.

« L’avantage d’une telle célérité collective a connu un grand bénéfice. Lorsque nous avons lancé l’opération sur les marchés à Paris, nous étions à l’aise parce que nous avions entre les mains: la loi promulguée et les pouvoirs signés par le Président de la République Paul Biya », lance le Minfi.

Selon lui, la team des négociateurs du Cameroun était comme dans une sorte de bagarre à distance ; le juge de paix, celui qui devait trancher en dernière analyse, c’est le marché.

« Le marché a tranché en faveur du Cameroun. Les résultats obtenus sont là pour le montrer. Nous pensons que ce qu’il y à retenir c’est ce succès retentissant. Il faut garder dans les consciences que le Cameroun est géré. Le président de la République Paul Biya est aux commandes; il faut faire confiance en l’avenir. Quand on prend de l’argent c’est qu’il y a la confiance », lance Louis Paul Motaze.

Si l’épopée de Paris, 30 juin vous était contée

Fin stratège, expert en négociations, le ministre des finances, argentier national à qui le président Paul Biya a confié les clés du coffre-fort et de la fortune publique, en allant à la conquête des marchés inter- nationaux à Paris savait que bénéficiant de la confiance et les bénédictions de tous, il devait réussir le saut qualitatif.

C’est avec trop-plein d’assurance et d’aisance que s’adressant ce 30 juin mythique aux investisseurs à Paris, le Minfi a d’abord précisé d’entrée de jeu que dans le cadre de la gestion active de la dette de l’Etat de manière générale et dans l’optique spécifique d’améliorer son profil, pour

susciter l’attrait des investisseurs sur la mise en œuvre de la stratégie de développement du Cameroun, le président de la République Paul Biya, a autorisé le recours à une émission obligataire internationale de 450 milliards de Fcfa.

Pour le Minfi, il s’agit en grande partie de refinancer l’eurobond 2015. Au sujet de la bonne exécution de cette opération, le président de la République Paul Biya a dépêché à Paris, une délégation conduite par le Ministre des Finances.

Sous les feux de la rampe, le Minfi a fait savoir comment après l’annonce de l’opération sur les marchés le 22 juin 2021, il s’en est suivi un Roadshow du 23 au 29 juin 2021. « Au cours de ce Roadshow, se sont succédées des réunions et négociations entre la délégation camerounaise et une centaine d’analystes financiers représentant plus de 70 groupes d’investisseurs ayant de grandes capacités de placement ».

Il appert que lesdites rencontres ont permis à la délégation de présenter la situation politique et sociale du Cameroun, ainsi que ses acquis et perspectives économiques à moyen et long terme, afin de permettre aux investisseurs d’avoir une meilleure perception du crédit Cameroun.

En présence des investisseurs, le Minfi a, à la clôture de la transaction, rendu publics les résultats. « Concernant l’opé- ration d’émission, les principales caractéristiques obtenues sont les suivantes : devise de l’émission : Euros; montant sol- licité : 450 milliards de Fcfa, soit 685 millions d’euros ; nombre d’investisseurs participants : 205; montant obtenu : 1481,15 milliards de Fcfa, soit 2, 258 milliards d’euros, pour un taux de couverture de 321%; montant limite retenu : 450 milliards Fcfa (685 millions d’euros) au regard des habilitations reçues ; taux d’intérêt: 5.95% ; maturité : 11 ans », lance Louis Paul Motaze.

Image et crédibilité

Selon le Minfi, concernant l’opération de rachat, la principale information à retenir est que l’Etat a atteint un taux de rachat record, qui se situe à environ 80% du montant de la souche de 2015.

« Après l’émission inaugurale de 2015 dont le taux d’intérêt était de 9,50%, le Cameroun en ce premier semestre de l’année 2021, fait un retour apprécié sur les marchés inter- nationaux des capitaux, notamment celui des Eurobonds.

En dépit d’un contexte marqué par la pandémie du coronavirus, les investisseurs ont marqué leur confiance retrouvée dans la qualité de signature du Cameroun, confortée par la bonne exécution d’un premier programme, la perspective de signature d’un nouveau pro- gramme avec le Fmi et la mise en œuvre de notre stratégie de développement 2020-2030 », avoue Louis Paul Motaze.

Même si pour le Cameroun les défis économiques et financiers restent certes nombreux, le Minfi est conforté et convaincu que, « la confiance que les investisseurs viennent de manifester à l’égard de la signature du Cameroun constitue un motif d’encouragement, pour la poursuite des réformes menées par le Cameroun sous la houlette du Président de la République Paul Biya, en vue de l’émergence économique et sociale du Cameroun à l’horizon 2035 », se réjouit Louis Paul Motaze.

Dans sa constellation des remerciements aux investisseurs pour l’intérêt qu’ils portent sur le crédit du Cameroun, ainsi que tous ceux qui ont contribué à la réussite de cette opération, le Minfi a également profité de l’occasion pour présenter la liste des partenaires de l’Etat dans la transaction.

Souley Onohiolo | Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles à la Une

Lire aussi