Camerounactuel

Décès de Naah Ondoua : les gorilles de Mengame célèbrent la nouvelle

L’un des vice-présidents de la Chambre haute du Parlement est décédé dans la nuit du 11 au 12 janvier dans un hôpital de Paris en France. Sa mort suscite des souvenirs tristes dans la région du Sud.

Le fils du département de la Mefou et Afamba, Sylvestre Naah Ondoua n’est plus. Il est décédé dans la nuit du 11 au 12 janvier dans un hôpital de Paris en France. Souffrant depuis des mois selon des sources familiales, le sénateur du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), le parti au pouvoir.

Sylvestre Naah Ondoua a été évacué pour des soins intensifs en hexagone en novembre 2021. Avant sa mort, il occupait le poste de vice-président du Sénat, institution où il a été aperçu pour la dernière fois le 12 novembre 2021.

Ce jour-là, il participait à la réunion du bureau de la Chambre convoquée par le président Marcel Niât Njifenji. Figure importante de la première cuvée des sénateurs dès la mise en place de l’institution en 2013, Sylvestre Naah Ondoua est réélu en 2018.

L’homme a été ministre de l’Environnement et des Forêts de 1997 à 2002. il fut également directeur général du Crédit foncier du Cameroun. Décédé à l’âge de 75 ans, il est reconnu à Sylvestre Naah Ondoua des états de service enviables au sein du parti au pouvoir.

L’autre face Naah Ondoua

L’annonce de la disparition de Sylvestre Naah Ondoua a suscité de nombreuses réactions. Si l’on a pu recueillir des avis de regret de la perte d’un digne fils de la nation, certains observateurs ont réveillé une bien vielle histoire dans laquelle le disparu n’a pas joué franc jeu.

« On ne se réjouit pas du décès d’une personne puisque nous tous allons mourir, mais je souhaite attirer l’attention de l’opinion sur le fait que c’est Sylvestre Naah Ondoua qui a plombé le projet du Sanctuaire à gorille de Mengame », déclare face au reporter du Messager un natif de la région du Sud.

Selon nos informations puisées à bonnes sources. Sylvestre Naah Ondoua est celui qui a torpillé le projet du sanctuaire de Mengame. Sensé être réalisé par la So- Betra et Canas Bois dont le montant est évalué à plusieurs milliards de Fcfa, la mise en œuvre de cet autre projet important et cher au chef de l’Etat n’a pas produit les fruits attendus.

Et pour cause, des barrières administratives et autres contingences ont plombé l’exécution de cette belle initiative présidentielle. En effet, dans le cadre de la préservation de la biodiversité, il était question de faire un projet qui pourrait protéger les espèces menacées. Ce fut donc le cas des gorilles dont le braconnage devenait préoccupant.

Une convention va donc être signée entre le gouvernement camerounais et le consortium So-Betra et Cana Bois en 1997 sur instruction du chef de l’Etat qui avait confié le dossier au Secrétaire général de la présidence de l’époque, Marafa Hamidou Yaya pour le suivi. Malheureusement, Sylvestre Naah Ondoua alors ministre des Forêts, va poser des conditions aux antipodes des objectifs du chef de l’Etat.

Chantage

Après avoir inauguré l’usine d’exploitation du bois de Mvagan, et fait la pose de la première pierre de l’hôtel de tourisme de la réserve, Naah Ondoua va par la suite demander à la structure Cana Bois de lui verser de fortes sommes d’argent pour que la convention soit renouvelée, faute de quoi, le projet sera confié à d’autres structures.

N’ayant pas cédé à ce chantage, les promoteurs des structures en charge du projet vont plier bagages et l’idée du chef de l’Etat sera tout simplement abandonnée à cause des envies égoïstes d’un homme. La réserve également sera pillée au grand dam des populations qui attendaient les retombées d’un aussi ambitieux projet touristique.

Plus grave. Sylvestre Naah Ondoua entreprend de transférer les fonds destinés au projet dans son compte personnel. Pour cet acte, il sera condamné à six mois de prison avec sursis par la justice camerounaise. Line peine qu’il ne va jamais purger du fait de son statut de ministre à cette époque.

Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles