Camerounactuel

CAN 2021 : la Tunisie saisit la Caf après la fin du match chaotique face au Mali

La fédération tunisienne de football (FTF) a écrit à la Confédération africaine de football (Caf) pour se plaindre de son match avec le Mali qui s’est terminé avec 13 secondes d’avance.

Les Tunisiens menaient 1-0 lorsque l’arbitre zambien Janny Sikazwe, qui aurait souffert d’une insolation, a soufflé tôt.

Il avait déjà sifflé à temps plein après 85 minutes, seulement pour remarquer son erreur et continuer le match.

« Nous ferons tout ce qu’il faut pour défendre les droits de l’équipe nationale », a déclaré plus tard le responsable de la FTF Hussein Jenaieh.

« Nous ne sommes pas des enfants. »

Le responsable des médias de la FTF, Kais Reguez, a refusé d’entrer dans les détails lorsqu’il a été interrogé sur la nature de la plainte de la Tunisie, ce qu’il a confirmé.

« Tant que le dossier est entre les mains des comités de la Caf, nous ne pouvons pas nous prononcer », a déclaré Reguez à BBC Sport Africa.

L’arbitre du match Sikazwe aurait dû aller à l’hôpital pour récupérer après le match, c’est pourquoi le quatrième arbitre devait prendre en charge une tentative infructueuse de relancer le match plus de 20 minutes plus tard.

Alors que le Mali s’est présenté, la Tunisie ne l’a pas fait, puisque certains de leurs joueurs prenaient des bains de glace.

« L’arbitre a eu une insolation, ce qui a affecté ses décisions dans le jeu », a déclaré le responsable de l’arbitrage de la Caf, Essam Abdul Fattah, aux médias égyptiens. « Après le match, il a dû aller à l’hôpital parce qu’il faisait très chaud. »

Après leur nul 0-0 contre la Sierra Leone, l’Algérie, championne en titre, a attribué sa prestation à la chaleur du Cameroun.

La Confédération africaine de football (Caf) a indiqué jeudi qu’elle attendait de plus amples détails des différents officiels du match avant de commenter.

« La Caf transmet ces documents aux organes compétents de la Caf », a indiqué l’organisme dans un communiqué. « A ce stade, la Caf n’est pas en mesure de faire d’autres commentaires tant que les organes responsables n’auront pas indiqué la voie à suivre. »

Comment une farce impliquée

La Tunisie, championne de 2004, est entrée dans le tournoi en sachant qu’une équipe malienne jeune et dynamique était susceptible d’être son principal adversaire de groupe.

À la traîne avec seulement cinq minutes de temps réglementaire, ils ont été stupéfaits lorsque l’arbitre Sikazwe a soufflé pour le temps plein.

Le Zambien a ensuite vérifié son timing et a continué le jeu, expulsant un joueur malien entre-temps, pour ensuite exploser avec un chrono de 89 minutes et 47 secondes.

Dans des scènes extraordinaires, la conférence de presse « d’après-match » de l’entraîneur malien a été interrompue car il a été annoncé que le match devrait recommencer pour se terminer, ce qui n’a jamais été le cas.

« Ils nous ont demandé de retourner sur le terrain, nous ne l’avons pas fait – nous n’avions aucune idée de ce qui se passait », a déclaré le défenseur tunisien Bilel Ifa aux journalistes.

« Nous espérons que le match sera rejoué. L’arbitre n’avait aucune idée de ce qui se passait depuis le début du match. »

L’entraîneur adjoint de la Tunisie a été rendu furieux à la fois par l’incident et par son éventuelle atteinte à la réputation du football africain.

« Malheureusement, nous ne pouvons pas voir des choses comme ça à ce haut niveau en Afrique – le football africain ne peut pas avancer comme ça », a déclaré à la presse l’entraîneur adjoint de la Tunisie, Jalel Kadri.

« L’arbitre a été « secoué » aujourd’hui. Il hésitait même à consulter l’arbitre assistant vidéo (VAR), il ne savait même pas comment se rendre au VAR. »

Chaos à part entière

L’officiel zambien Sikazwe a arbitré deux matches de la phase de groupes de la Coupe du monde 2018 en Russie et a dirigé la finale de la Coupe des Nations 2017.

Son insolation rapportée expliquerait une grande partie du chaos qui a suivi à partir de la 85e minute.

« Nous n’avons rien compris à la 85e minute – nous étions sous le choc », a ajouté Kadri.

« Nous avons parlé au quatrième arbitre qui a dit qu’il y avait eu un problème de communication entre lui et l’arbitre principal qui l’avait peut-être mal compris. Nous avons repris le match seulement pour qu’il siffle à nouveau à la 89e minute. »

« Nous nous sommes dirigés vers le quatrième officiel qui a convenu que le match n’était toujours pas terminé », a déclaré le responsable de la FTF, Jenaiah, aux journalistes.

« Nous nous sommes plaints que c’était la deuxième fois que l’arbitre arrêtait le match prématurément.

« Le quatrième officiel a d’abord dit que le match allait reprendre, mais alors qu’il se dirigeait vers l’arbitre principal, ce dernier a dit ‘Non, j’ai sifflé, le match est terminé’. »

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles