Cameroun Actuel

Au Cameroun, seulement 11% des vaccins anti Covid ont été administrés

Les autorités camerounaises se battent contre l’hésitation à se faire vacciner. Seuls 11% des doses reçues depuis le mois d’avril ont été administrées, la plupart pour des raisons de voyage. Le gouvernement et le clergé camerounais s’efforcent de faire accepter au public l’innocuité des vaccins.

Un groupe de 70 musulmans camerounais s’est réuni vendredi à l’hôpital gouvernemental de Djoungolo à Yaoundé pour se faire vacciner contre le COVID-19.

Le coordinateur du Conseil des Imams et Dignitaires Musulmans du Cameroun, Moussa Oumarou, explique que l’hésitation des vaccins l’a obligé à convaincre le groupe. Il explique que le gouvernement camerounais a demandé au clergé de convaincre ses fidèles que les vaccins pouvaient leur sauver la vie.

Selon Oumarou, toute religion qui place Dieu en premier cherche à protéger les vies humaines. Selon lui, c’est une obligation à la fois divine et civique de protéger des vies en acceptant de se faire vacciner contre le coronavirus. M. Oumarou indique que le conseil a demandé à tous les imams et dignitaires musulmans du Cameroun d’accepter de se faire vacciner et d’encourager tous leurs fidèles à le faire.

Selon les autorités sanitaires camerounaises, seules 75 000 personnes ont été vaccinées depuis avril, date à laquelle le gouvernement a reçu 700 000 doses. Et la plupart des doses administrées, selon les responsables, sont allées à des personnes qui prévoyaient de voyager en dehors du Cameroun, notamment des expatriés.

Rigobert Fonbanla, 37 ans, professeur de collège à Yaoundé, affirme que de nombreux Camerounais ne font pas confiance aux autorités qui les incitent à se faire vacciner après le scandale des fonds COVID et la saisie de faux vaccins.

“Le même gouvernement qui demande aux gens d’accepter de se faire vacciner contre le COVID-19 est le même gouvernement qui enquête sur l’authenticité et l’origine des vaccins contre le coronavirus”, a déclaré M. Fonbanla. “Il est possible que des fonctionnaires corrompus aient importé de faux vaccins COVID-19 ou produit des vaccins COVID-19 douteux. J’attendrai que les enquêtes annoncées par le gouvernement soient terminées avant de décider si je vais me faire vacciner ou non.”

La majeure partie d’un prêt de 335 millions de dollars accordé par le Fonds monétaire international au Cameroun pour lutter contre le COVID a disparu. La semaine dernière, au moins 15 ministres ont été convoqués au bureau suprême d’audit de l’État pour justifier leur gestion des fonds.

En décembre, le Cameroun a annoncé que son armée avait saisi plusieurs tonnes de faux médicaments et vaccins COVID au Nigeria voisin, faisant craindre que d’autres contrefaçons ne soient en circulation.

Le ministre camerounais de la santé, Manaouda Malachie, affirme que les vaccins COVID utilisés sont de bonne qualité et recommandés par l’Organisation mondiale de la santé. Il précise que les vaccins ne sont pas obligatoires mais qu’ils seront administrés gratuitement à tous les civils qui veulent sauver leur vie du coronavirus mortel.

Selon M. Malachie, le président camerounais Paul Biya souhaite vivement que toutes les procédures de vaccination contre le COVID-19 soient transparentes. Il affirme que l’État camerounais ne peut pas plaisanter avec la vie de ses citoyens.

Pour encourager les Camerounais à se faire vacciner, les hôpitaux de la région du Nord-Ouest ont déclaré en avril qu’ils renonceraient aux frais de consultation habituels de 2 dollars. En mai, le gouvernement camerounais a demandé à tous ses ministres et hauts fonctionnaires de se faire vacciner en public.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi