Cameroun Actuel

Accusés de financer la crise anglophone, trois camerounais inculpés dans l’Etat du Maryland aux USA

Les nommés Elambi Walters Muma, Edith Ngang et Tamufoh Nchumuluh St Michael, viennent d’être inculpés dans l’Etat du Maryland pour complicité, financement et armement des terroristes sur le sol américain.

Les faits remontent il y a une semaine. Un indicateur révèle à la police de l’Etat du Maryland la présence suspecte de trois Camerounais spécialisés dans l’exportation vers le Nigéria des armes à feu, des munitions et divers autres équipements militaires (treillis militaires, bottes, packs d’eau, jumelles, émetteurs, etc.) sans avoir obtenu au préalable la licence ou l’approbation écrite requise à cet effet, en violation flagrante de la loi américaine en la matière.

Convoyés dans des containers, cet arsenal de guerre était en plus accompagné des liasses de devises. Il devait être transféré au Cameroun en jouant sur l’ingéniosité des contrebandiers qui essaiment sur la frontière entre le Nigéria et le Cameroun.

Cette activité illicite sur le sol américain; durait depuis novembre 2017 à 19 juillet 2019. Elle a contribué à armer les terroristes qui ont fait sombrer le Nord-ouest et le Sud-ouest (Noso) dans l’instabilité due à une crise sécuritaire qi+i s’enlise. Aujourd’hui, les langues se délient. Edith Ngang se dit prête à collaborer avec le Fbi afin de débusquer tous ces terroristes commanditaires, complices et bailleurs de fonds de leurs supplétifs camerounais.

En dehors du pays de l’Oncle Sam, d’autres terroristes instigateurs et activateurs de la crise dite anglophone, sont en exil doré dans d’autres pays occidentaux. Le gouvernement camerounais, a longtemps plaidé pour que leurs pays d’accueil collaborent à l’effet de mettre fin à leurs activités illicites et nocives au retour de la paix dans le Noso.

Cette mise aux arrêts de trois dangereux terroristes dans l’Etat du Maryland, démontre la volonté des Etats-Unis de mettre fin à une crise sécuritaire aux incidences incommensurables sur le Cameroun. La sortie récente du chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, visant la restriction de visa aux commanditaires, instigateurs et autres complices la crise dite anglophone, a été diversement interprétée.

Pour certains, les Etats-Unis haussaient le ton, exprimant ainsi leur agacement en se désolidarisant de tous ceux qui sapent le retour de la paix dans le Noso. Cette restriction de visa, pourrait être suivie d’autres mesures fortes à l’instar du gel des avoirs, et autres mesures dissuasives.

En attendant la suite judiciaire qui sera donnée à ces interpellations de 03 dangereux terroristes camerounais dans l’Etat du Maryland.il est aujourd’hui plus qu’évident, que la crise anglophone a été sinon provoquée, mais tout au moins exacerbée par une certaine diaspora à des fins politiques avec la caution de certaines multinationales déterminées à faire main basse sur d’importantes ressources naturelles que regorgent le Nord-ouest et le Sud-ouest du Cameroun.

L’Indépendant

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles à la Une

Lire aussi