Cameroun Actuel

Crise dans le Nord-Ouest : Yaoundé dément un massacre

Des images sur la toile d’un massacre de Mbororos à l’origine de la polémique.

 

S’achemine-t-on vers de nouvelles enquêtes, assorties de révélations sur de nouveaux massacres des populations civiles dans la guerre du Noso ? Le 1er mai dernier, le chef de cabinet du gouverneur du Nord-Ouest a commis un communiqué dans lequel son patron dément toute implication des forces de sécurité dans un quelconque massacre.

« Le gouverneur du Nord-Ouest informe la communauté nationale et internationale que des images circulent actuellement sur les réseaux sociaux, montrant le carnage d’une douzaine de personnes (1 homme, environ 7 femmes et 7 enfants) de la communauté mbororo, fait qui serait survenu dans la région du Nord-Ouest », écrit l’administrateur civil.

« Après les premières enquêtes et identification, les uniformes que portent les militaires sur les photos ne sont pas reconnus ni utilisés par les forces républicaines camerounaises mais sont, apparentement, ceux d’un pays étranger qui reste à identifier. Le gouverneur du Nord-Ouest condamne et dénonce avec véhémence ces manipulations par les réseaux sociaux et des gens aux intentions obscures qui veulent créer la panique et inciter au chaos dans la Région », souligne-t-il, avant d’annoncer des enquêtes en cours pour découvrir les sources de ces images et identifier le pays dans lequel l’incident est survenu.

Toutefois la qualité du signataire intrigue. L’on pense que pour des faits aussi graves que ceux révélés par ces images, c’est au moins le Secrétaire général de la Région, en cas d’empêchement du Gouverneur, qui aurait pu signer le communiqué. Par ailleurs, ce démenti rappelle d’autres, après lesquels les militaires camerounais ont déjà été plusieurs fois confondus. Les responsables du massacre de Ngarbuh, comme ceux qui avaient tiré sur des femmes et leurs bébés à.l’Extrême-Nord sont actuellement devant le tribunal militaire.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Les séparatistes anglophones ont de plus en plus recours aux engins explosifs improvisés

Les séparatistes anglophones ont de plus en plus recours aux engins explosifs improvisés

Ces engins explosifs improvisés (EEI) ont tué 24 personnes au cours des deux dernières semaines. L'armée camerounaise a tenu une réunion d'urgence sur cette question lundi. Le ministre camerounais de la défense, Joseph Beti Assomo, a tenu deux réunions d'urgence au cours de la semaine écoulée en raison de l'utilisation croissante d'engins explosifs improvisés dans l'ouest du pays. Après la...

Galim : 4 militaires camerounais tués dans une attaque

Galim : 4 militaires camerounais tués dans une attaque

Selon les déclarations du gouverneur de la région de l’Ouest, quatre sécessionnistes sont aussi décédés, à la suite de la riposte de l’armée camerounaise contre cet autre assaut terroriste survenu dans la nuit du jeudi au vendredi dernier. Deux jours après la dernière attaque sécessionniste survenue dans la localité de Menfoung, c’est toujours la psychose chez les populations de Galim,...