Cameroun Actuel

Gicam : le procès en sorcellerie de Tawamba contre Laurent Esso

Pour recentrer le débat, votre journal propose le point de vue d’un observateur avisé, habitué ci la fois des arcanes de la justice et des affaires.

Par correspondance, le président du Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam), Célestin Tawamba, informe le ministre d’État, ministre de la Justice, garde des Sceaux, Laurent Esso, de ce qu’il ne peut recevoir la délégation envoyée en représentation, pour prendre part aux importantes assises avec les opérateurs économiques. Cette délégation devait être conduite par le ministre délégué auprès du ministre d’État, ministre de la Justice, garde des Sceaux, Jean de Dieu Morfio, par ailleurs avocat de métier.

Les raisons du rejet de la délégation se trouvent dans la correspondance. On peut y lire que l’échange était prévu avec le ministre d’État, ministre de la Justice, garde des Sceaux. Ensuite, que tous les supports de communication avaient abondamment relayé cet état de fait de telle sorte que l’envoi d’une délégation conduite par quelqu’un d’autre que le ministre d’État n’était pas conforme aux annonces.

Cette réaction rappelle la position récente de l’Algérie, qui a refusé de recevoir la délégation de l’État français parce qu’elle estimait que celle-ci n’était pas assez représentative au regard de la question en débat.

La réaction du Gicam appelle trois observations.

Tout d’abord, il semble s’indigner subrepticement de ce que ce n’est que la veille qu’ils ont été informés de l’indisponibilité personnelle du ministre d’État. De la sorte, leur réaction trahit une forme de gêne, face à ce qu’il semble qualifier de “mépris”. Nous sommes donc dans une réaction, surtout que le journal Le Jour avait l’information la veille au point d’en faire sa Une.

Ensuite, cette sortie trahit une communication perfectible qui se matérialise par un jeu de correspondances, alors que des coups de fil auraient permis de régler cette situation avec courtoisie et diplomatie.

Enfin, on le voit bien, ce n’est pas l’amélioration des problèmes des opérateurs économiques qui préoccupe le président du Gicam, mais la publicité d’avoir reçu et déplacé personnellement le garde des Sceaux.

Comment comprendre un tel rejet, alors que de hauts avocats avaient confirmé leur présence, que d’éminents hommes d’affaires et juristes entendaient prendre part à ces assises, que ceux-ci soient traités comme des enfants, recevant un vulgaire SMS alors même qu’ils étaient déjà dans la ville pour ces assises ?

Le Gicam a eu tort de refouler la délégation envoyée

La polarisation autour de la personne du ministre Momo est une distraction. Le Gicam a humilié un ministre de la République. Je crois savoir qu’à de nombreuses occasions, le président du Gicam se fait représenter à des cérémonies et réunions importantes. C’est un fait. Doit-on systématiquement rejeter ses collaborateurs qui viennent en représentation de l’institution qu’il incarne ? Ceux qui se réjpuissent de cette attitude doivent bien regarder avec gravité le climat qu’ils veulent installer entre le patronat et la chancellerie.

L’autre point ubuesque de cette affaire est de savoir, à part écouter les opérateurs économiques, quelle décision aurait prise le garde des Sceaux dans les locaux du Gicam. Il allait recueillir leurs doléances et les aurait transmises à ses collaborateurs, pour étude-et proposition d’action. C’est-à-dire qu’il aurait saisi les membres de la même délégation que le Gicam a refusé de recevoir.

Le Gicam disposait d’autres moyens de protestation, mais le boycott d’une délégation ministérielle est une insulte à la République, ce qui accentue davantage la défiance qui tend à se généraliser envers certains’ membres du gouvernement.

Il faut sortir de la société du buzz et retrouver l’essence patriotique qui amène à rechercher, toujours, l’intérêt de ceux qui ont élu leurs dirigeants. Le problème des hommes d’affaires n’est pas de rencontrer le garde des Sceaux et de faire une photo de famille. Ils ont besoin de sécurité juridique et judiciaire, dans le cadre des procédures pendantes devant les juridictions.

Cette sortie ne garantit pas un examen serein de leurs problématiques à l’avenir. Que ceux qui encensent le président du Gicam le ramènent à de meilleurs sentiments et à une démarche de normalisation des rapports entre ces deux institutions.

Nous sommes fatigués des batailles de coqs qui nous distraient, à chaque fois, des véritables problématiques à adresser.

*Le surtitre, le titre et le chapô sont de la Rédaction. Texte pris sur la toile.

Les opinions émises n’engagent que son auteur.

Info Matin

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Le Cameroun accueillera l’AfroBasket féminin 2021

Le Cameroun accueillera l’AfroBasket féminin 2021

Le Cameroun a été désigné par FIBA Afrique pour abriter l'AfroBasket féminin 2021. La compétition se déroulera au palais des sports de Yaoundé du 17 au 26 septembre prochain. L'annonce a été faite après la signature de l'accord d'accueil par le ministre camerounais des Sports, Kombi Mouelle, au nom du gouvernement camerounais. Le tournoi revient à Yaoundé pour la première...

Un incendie dans les locaux de Vision 4 à Yaoundé

“La forte pluie” à l’origine de l’incendie à Vision 4

Dans un communiqué radiopresse signé ce 13 mai par le chef de la division de la Communication du groupe l’Anecdote, l’on apprend que ledit incendie aurait été causé par la forte pluie. La nouvelle a vite fait le tour de la ville de Yaoundé et des réseaux sociaux. Un feu s’est déclaré dans le bâtiment abritant le groupe l’Anecdote à...

Covid-19 et Présidence : couacs et péchés capitaux de la Task force

Covid-19 et Présidence : couacs et péchés capitaux de la Task force

En s'arrogeant l'exclusivité de l'attribution des marchés, le casting des entreprises, le comptage des matériels, la présidence met en déroute le premier ministre, transforme le Minsanté en une simple caisse d'enregistrement, le ministre en garçon de course. Une correspondance du Minetat/Sgpr adressée le 20 avril 2021 au Ministre de la santé publique frappée de la mention « Très urgent »...

Patrick Mboma en deuil

Patrick Mboma en deuil

L’ancien international camerounais vient de perdre sa maman qui a succombé à une maladie.  "Il est arrivé en urgence à Douala cette nuit (13 mai 2020), pour assister sa maman malade. Malheureusement, le sort en a décidé autrement", révèle le journaliste de sports, Martin Camus Mimb. Je crois avoir gagner un ANGE! MAMAN, je t'aime... — Patrick Magic MBOMA (@MBOMAPatrick)...