Cameroun Actuel

Victor Nfon Esemingsongo Mukete : la chute du baobab

Aristocrate dans la pure tradition anglo-saxonne, Nfon Victor Esemingsongo Mukete, chantre de l’indépendance et de la réunification du Cameroun, s’en va, le cœur certainement lourd, d’avoir légué à la postérité, une crise sanglante qui secoue sa région natale. Vie et mort d’un grand et vénérable gardien des traditions.

S’il y a dans nos communautés un qui n’aura pas à se retourner dans sa tombe après son enterrement pour des bisbilles entre ses rejetons, c’est bien Chief Nfon Esemingsongo Mukete, chef supérieur des Bafaws. La raison : avant son décès le 10 avril dernier à Yaoundé, le doyen des sénateurs avait déjà abdiqué de son trône de paramount chief des Bafaws en laissant son fauteuil au cadet de ses enfants Victor Ekoko Mukete.

La cérémonie d’intronisation avait eu lieu le 21 mars 2020 au Palais des Bafaws à Kumba. « A partir d’aujourd’hui, vous avez les pleins pouvoirs pour exercer les fonctions de la chefferie. Vous avez les pleins pouvoirs pour continuer à être le chef traditionnel de la ville de Kumba et des Bafaws à partir d’aujourd’hui au nom du Christ », avait alors déclaré le monarque centenaire.

Savait-il qu’il vivait ses derniers moments sur terre et qu’il fallait passer la main alors qu’il est encore vivant, sans avoir à rédiger un quelconque testament ? on peut le dire. L’histoire récente des grandes familles camerounaises nous édifie suffisamment dans ce sens par des affaires de succession difficile à gérer.

Cette marque de grande sagesse va incontestablement éviter à sa succession de s’étriper autour de ses biens après le départ du monarque. Car l’homme laisse une progéniture qui marche allégrement sur ses pas de gardien des traditions et de business man prospère. a 70 ans, Abel, l’aîné de ses enfants, a été député. Godfrey, formé à l’Université de Yale aux Etats-Unis est, à 66 ans, General manager de la Mukete Estates Ltd. Jacob, 64 ans, senior executive à la Bad, est passé par la London school of Economics et par Cambridge au Royaume-Uni. a 63 ans, Colin est le patron de Spectrum Media Group qui est propriétaire de la chaîne de télévision Stv.

Il préside également le Conseil d’administration de Mtn au Cameroun. Ekale, avocat de profession, à 61 ans, s’est reconverti dans les affaires et dirige une société d’exploitation forestière, la Forest industries Cameroon basée à Kumba, tout en présidant la section Rdpc de la Meme à Kumba. Pilote de formation, John, 56 ans, est à la tête de la compagnie amtrade. Ekoko, le cadet, à 53 ans, est le directeur général de spectrum, la société créée par son frère Colin. C’est donc cette fratrie qui a la lourde charge de pérenniser l’énorme héritage du paramount chief.

Chief Victor Mukete est donc décédé le samedi 10 avril dernier, à l’âge de 103 ans. Ce qui n’a pas laissé indifférent le président de la République qui s’est fait le devoir d’adresser un message de condoléance à la famille et à la communauté bafaw. a ce sujet, le chef de l’Etat a indiqué qu’il « salue la mémoire de cette figure emblématique de la scène politique de notre pays. Comme vous le savez, a-t-il poursuivi, j’ai personnellement connu le patriarche centenaire Nfon Victor Mukete avec lequel j’entretenais des relations marquées par l’estime mutuelle ».

Et de renchérir : « il était sans aucun doute l’un des derniers témoins privilégiés de l’indépendance et de la réunification du Cameroun. J’ai pu apprécier sa grande sagesse et son engagement constant pour la paix, la concorde et l’unité nationale. Sa très longue et riche expérience sur le terrain politique, dans le secteur économique, ainsi que son statut d’autorité traditionnelle lui ont toujours valu considération et respect. »

« En effet, le sénateur et doyen d’âge des parlementaires, fut actif jusqu’au dernier jour de sa vie. La disparition de cette personnalité au destin singulier, est une perte immense pour le département de la Meme, la région du Sud-Ouest et le Cameroun dont il restera l’un des fils les plus éminents. Puissent, son parcours exceptionnel et son legs patriotique servir de source d’inspiration aux jeunes générations » a martelé Paul Biya.

Pros Réunification 

Effectivement, Chief Mukete était encore hier, l’un des témoins vivants de l’indépendance et de la réunification du Cameroun. des péripéties de ces évènements historiques, il les retrace avec lucidité dans son ouvrage autobiographique « Mon odyssée », un ouvrage de 775 pages, paru en 2013. on peut y découvrir entre autres qu’au sortir de la première guerre mondiale, la Grande-Bretagne ne fait aucun effort pour faciliter la scolarisation des Camerounais dans la partie du pays dont elle a la charge.

Pour se former, ces jeunes sont obligés de se rendre au Nigeria. Le jeune Mukete fait partie de ce contingent. il va alors intégrer le prestigieux Government College Umuahia. C’est son passage dans cet établissement qui lui permet de réussir dans les universités de Manchester et de Cambridge indique-t-il.

Il se souvient également avoir croisé dans ces universités des figures emblématiques du Cameroun et du Nigéria comme Emmanuel Endeley, le premier médecin camerounais. aussi nait-il en lui, la conviction que pour espérer un avenir meilleur, les parties septentrionale et méridionale alors rattachées au Nigeria devaient rejoindre le Cameroun sous administration française. « Pour tous les Camerounais éduqués de mon époque, le désir de réunification était un sentiment très puissant » confie-t-il.

Ce qui fait dire aujourd’hui que la réunification était aussi son combat. d’abord en tant qu’étudiant en Grande-Bretagne, puis en sa qualité de secrétaire général du Kamerun United National Congress (Kunc) après son retour au Cameroun, en 1952. Le botaniste de formation se rappelle avoir mené une campagne sans ambition politique particulière, mais se retrouva propulsé, malgré lui, candidat aux élections législatives nigérianes. il sera d’ailleurs élu sur une liste de 6 candidats, tous pros réunification.

Alors qu’il ne rêvait que de travailler dans l’agriculture où son père excellait déjà, il se retrouve membre de la Chambre fédérale des représentants et ministre d’un gouvernement fédéral nigérian. Une position qu’il assume même s’il reste un militant de la réunification. il se rappelle encore du jour où il vota contre l’intégration du Cameroun britannique au Nigeria et celui où il quitta le gouvernement fédéral en 1959, peu avant l’indépendance du Nigeria.

De retour à Kumba, Victor Mukete accepte la présidence du Conseil d’administration de la Cdc, tout en veillant sur l’entreprise familiale de son père, la Mukete Estates Ltd, qui devient alors l’un des poids lourds de l’agro-industrie au Cameroun. Entre temps, il n’a jamais manqué une occasion pour se battre pour la cause des anglophones. il ne faisait d’ailleurs pas l’économie d’un doute qu’il s’était longtemps rangé parmi les modérés qui proposaient, plutôt que la sécession, un fédéralisme à 10 Etats, « dès qu’on est capable de le financer » aimait-il à nuancer.

D’ailleurs il a toujours décrié l’extrême centralisme et semblait convaincu qu’il fera accepter cette idée s’il lui était donné l’occasion de rencontrer le président Biya. Ce n’est donc pas un secret que de dire que le chef de l’Etat estimait toujours que ce sage était capable d’indiquer la piste de sortie de crise. Malheureusement, le paramount chief a cassé sa canne en laissant les régions du Nord-ouest et du sud-ouest dans un désordre indescriptible, sans avoir exposé au chef de l’Etat sa position sur ses pistes de sortie de crise.

La Nouvelle

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Tribu des Bafaw : le Nfon Mukete abdique et cède le trône à son fils cadet Ekoko Mukete

Tribu des Bafaw : le Nfon Mukete abdique et cède le trône à son fils cadet Ekoko Mukete

Le Prince Victor Ekoko Mukete, le plus jeune fils du sénateur Nfon (Chef suprême) Victor Esemingsongo Mukete est le nouveau chef suprême des Bafaw, en attendant d'être reconnu par les autorités administratives compétentes. Le samedi 21 mars 2020, Nfon Mukete, 101 ans, a abdiqué et cédé la couronne à Ekoko Mukete lors d'une cérémonie sans précédent au palais de Bafaw...