Cameroun Actuel

Eneo-Arsel : le torchon brûle

Le directeur général de l’Agence de régulation du secteur de l’électricité (Arsel) a servi une mise en demeure à l’entreprise en charge de la distribution de l’énergie électrique, au regard des griefs qui accablent cette dernière. Un ultimatum de 8 jours a été donné à Eneo pour s’exécuter.

Il y a de l’électricité dans l’air, entre l’agence de régulation du secteur de l’électricité (Arsel) et l’entreprise Energy
of Cameroon (Eneo), le concessionnaire du service public de la production et de la distribution de l’énergie électrique au Cameroun. Le régulateur a haussé le ton et a servi une mise en demeure au distributeur, accusé d’actes illégaux contre certains de ses clients à propos de leur consommation d’énergie électrique, et surtout de s’être illustré par un caractère insubordonné à son encontre.

Jean Pascal Nkou, le DG de l’Arsel, a adressé une correspondance le mardi 13 avril 2021 au directeur général d’Eneo, Eric Mansuy, dans laquelle il égrène un chapelet de griefs reprochés au distributeur. ils font suite aux dénonciations de certains clients, vérifiées et établies par une mission conjointe Arsel/Eneo.

Il en a résulté de cette mission, des manquements, précisément le non-respect de l’article 13 du Règlement du service de distribution de l’électricité, lequel définit les actes constitutifs de fraude ; la mise en œuvre des opérations de lutte contre les pertes non techniques par les personnes non autorisées et le défaut de recours aux huissiers de justice, experts, officiers de police judiciaire ou aux agents assermentés d’Eneo ; le défaut d’utilisation des compteurs témoins en validation des dispositions de l’article 13 alinéa 3 du règlement susvisé, relatif aux instruments et moyens de contrôle, en cas de soupçon de vol d’énergie ou d’anomalie affectant l’appareil de comptage ; et la suspension de la fourniture d’énergie électrique auprès des clients soupçonnés de fraude, en dépit de la saisine de la commission de conciliation de l’Arsel aux fins de contestation, ce en violation de l’article 9.2.4 du Règlement de distribution publique d’électricité.

Le patron de l’Arsel indique également que, parmi les plaintes des clients, il est ressorti que certains ont été taxés de fraudeurs pour avoir acquis de nouveaux appareils de comptage en dehors de leurs domiciles ou bureaux, et ont été frappés par Eneo, qui les accuse d’avoir développé des lignes parallèles, alors que ce vocable a été « supprimé de la nomenclature des anomalies et irrégularités, à l’issue des concertations relatives à l’encadrement des opérations de lutte contre les pertes non techniques tenues à Douala du 20 au 26 septembre 2020 », souligne Jean Pascal Nkou, qui précise par ailleurs que selon l’article 13 du Règlement du service de distribution de l’électricité, « tous actes ayant pour objet ou pour effet de prendre de l’énergie électrique en dehors des quantités mesurées par le compteur, de fausser les indications du compteur, de même que toute rupture de scellement ou de plombage constituent des fraudes ».

Le directeur général de l’Arsel déplore par ailleurs que ses directives formulées à Eneo, en vue de corriger ces manquements sont restées lettre morte en dépit de plusieurs échanges épistolaires. de plus, Jean Pascal Nkou révèle qu’au cours d’une réunion par visioconférence le 24 février dernier, son homologue Eric Mansuy avait pris l’engagement de saisir ses collaborateurs aux fins d’annulation des factures desdits clients au terme de la mission Arsel/Eneo ; de normaliser les lignes parallèles qui ne constituent pas en l’état des fraudes ; et d’interdire la suspension de l’énergie électrique après une requête dûment adressée par des clients à arsel. Et pourtant, près de 2 mois après, il n’en est toujours rien.

« Il convient de relever pour le déplorer que vous n’avez pas daigné donner suite à ma correspondance n°A99/ARSEl/DG/DAJCP /SDPCAC du 26 février 2021, par laquelle je vous avais demandé à me faire tenir copies desdites notes, qui auraient pourtant permis à l’Arsel de s’assurer de l’effectivité de la mise en œuvre de ses directives », indique le dg de l’Arsel, qui donne par conséquent 8 jours à Eneo pour exécuter les directives émanant de la mission arsel/Eneo, et menace le distributeur de l’énergie électrique de « suspension des opérations de lutte contre les pertes non techniques », non sans évoquer d’éventuelles sanctions pécuniaires.

La Nouvelle

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Énergie électrique : l’Arsel menace Eneo de sanctions

Le directeur général de l’Agence de régulation du secteur de l’électricité, Jean Pascal Nkou, dans une lettre datée du,13 avril 2021, a adressé une mise en demeure de huit jours au patron concessionnaire du service public de la production et de la distribution de l’énergie électrique, Eric Mansuy, afin de déplorer son insubordination, au sujet des faits se rapportant aux...

Approvisionnement en électricité : le gouvernement rassure et travaille sur la stabilité

Approvisionnement en électricité : le gouvernement rassure et travaille sur la stabilité

Le ministre de l'Energie et des Ressources hydrauliques Gaston Eloundou Essomba a rassuré les Camerounais que le gouvernement travaille à l'augmentation de la stabilité de l'approvisionnement en électricité dans tout le pays d'ici la fin de 2021. Il a fait cette déclaration lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre camerounais de la Communication, René Emmanuel Sadi, ce jeudi...

Electricité : ces compteurs qui divisent les camerounais

Electricité : ces compteurs qui divisent les camerounais

Depuis quelques années, l'entreprise distributrice de l'énergie électrique a entrepris d'installer de nouveaux compteurs chez ses clients. Mais ce n'est pas toujours sans tension. D'une manière générale, le paysage économique du Cameroun tend à se digitaliser. Et ce n'est pas le secteur de l'électricité qui sera en reste. C'est pourquoi, depuis quelques années, on assiste à l'introduction progressive des réseaux...

Cameroun-Yaoundé : la fourniture de l’électricité perturbée

Cameroun-Yaoundé : la fourniture de l’électricité perturbée

Depuis plus d’une semaine, les populations de cette ville subissent les coupures intempestives de courant sans la moindre explication. Voilà très exactement huit jours que les habitants de Soa, une banlieue de Yaoundé, vivent au rythme des délestages. En une journée, les usagers peuvent se permettre le luxe d’appuyer un interrupteur tout au plus pendant quatre heures. L’université de Yaoundé...