Cameroun Actuel

Le gouvernement valide les modalités de la reprise du trafic par train entre Yaoundé et Douala

Le Ministre des Transports a présidé ce 16 avril 2021 la 36ème session ordinaire du Comité Interministériel des Infrastructures Ferroviaires (COMIFER).

C’était en présence du Ministre délégué auprès du ministre des Transports, du Secrétaire général, du Président du Conseil d’administration de Camrail, et du Directeur général de Camrail.

Au cours des travaux, le comité interministériel des infrastructures ferroviaires a validé les modalités de la reprise du trafic par train Yaoundé – Douala. Désormais, l’on ne parlera plus du train Intercity, mais d’un Train Express à 3 stations (Makak, Eseka et Edea). Il comportera un peu plus de voitures et ira à une vitesse réduite.

Il faut noter que la ligne de transport ferroviaire entre les villes de Douala et Yaoundé avait été fermée en 2016, suite au déraillement de trains non loin d’Éséka. L’accident ferroviaire d’Éséka est un déraillement survenu le 21 octobre 2016 à 13 h 30, près de la gare d’Éséka sur la ligne de Douala à Yaoundé à Éséka au Cameroun. Le train avait été doublé (seize voitures au lieu de neuf habituellement). L’accident a fait 79 morts et 551 blessés.

Le trafic routier entre Yaoundé et Douala était coupé dans la matinée au niveau de Manyaï dans la commune de Matomb sur la route nationale 3 en raison de la rupture d’un aqueduc. Cette route étant très fréquentée, de nombreuses personnes étaient à la recherche d’une alternative. C’est ainsi que la Camrail et que la Camair-Co ont été mobilisées.

La Camrail – société de Bolloré Transport & Logistics et concessionnaire de l’État du Cameroun pour le transport ferroviaire – devant faire face au fort afflux de voyageurs, avait décidé d’ajouter huit voitures au train 152 reliant Yaoundé à Douala qui en comptait habituellement neuf, augmentant la capacité du train à entre 1 200 et 1 300 passagers.

Parti de Yaoundé à 11 h 15, le train 152 de la Camrail composé d’une locomotive tractant seize voitures et un fourgon à bagages, à destination de Douala (une partie du Transcamerounais) a déraillé à proximité de la gare d’Éséka : une quinzaine de voitures se sont renversées dont quatre ont basculé dans un ravin.

Les quatre voitures dans le ravin retiennent les corps de voyageurs incarcérés, ce qui rend difficile la tâche du génie, la désincarcération devant respecter l’intégrité des corps.

Exceptionnellement, les hôpitaux ont soigné les victimes dès leur réception, alors qu’il faut normalement payer d’avance, même aux urgences.

À l’hôpital de district d’Éséka, plus de cinq cents blessés ont été transportés avant d’être acheminés dans des hôpitaux de Douala et de Yaoundé, la pharmacie est vide. Des corps qui se trouvaient à la morgue ont été amenés à Yaoundé. Les soixante lits que compte l’hôpital sont en mauvais état, ainsi que les deux brancards.

Un bilan établi le 24 octobre faisait état d’au moins soixante dix-neuf morts et de cinq cent cinquante et un blessés. Ce bilan est considéré comme largement sous-estimé, d’autant que les autorités qui le donnent ont d’abord, tout simplement, nié l’accident lui-même.

La télévision nationale évoquait initialement un bilan d’au moins soixante morts et plus de six cents blessés, Reuters évoque pour sa part « au moins soixante quinze morts ». À Yaoundé, où les morts étaient transférés le lendemain de la catastrophe, « entre soixante et soixante dix corps » [avaient été reçus] à la gare, ainsi qu’une cinquantaine de blessés. De nombreux blessés et corps ont également été transférés à Douala.

La liste des victimes et leur nationalité ne sont pas connues définitivement. La France est le seul pays étranger à déplorer la mort d’un de ses ressortissants dès le lendemain.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

“Tentative d’homosexualité” : les avocats de Shakiro et Patricia vont faire appel

“Tentative d’homosexualité” : les avocats de Shakiro et Patricia vont faire appel

Les défenseurs des droits de l'homme au Cameroun ont condamné la peine de cinq ans de prison prononcée à l'encontre de deux femmes transgenres pour "tentative d'homosexualité" et outrage public à la pudeur. L'avocat des deux femmes, qui ont été arrêtées pour avoir porté des vêtements féminins dans un restaurant, a déclaré qu'elles préparaient un appel. Dans une déclaration, Human...

Le Cameroun accueillera l’AfroBasket féminin 2021

Le Cameroun accueillera l’AfroBasket féminin 2021

Le Cameroun a été désigné par FIBA Afrique pour abriter l'AfroBasket féminin 2021. La compétition se déroulera au palais des sports de Yaoundé du 17 au 26 septembre prochain. L'annonce a été faite après la signature de l'accord d'accueil par le ministre camerounais des Sports, Kombi Mouelle, au nom du gouvernement camerounais. Le tournoi revient à Yaoundé pour la première...

Un incendie dans les locaux de Vision 4 à Yaoundé

“La forte pluie” à l’origine de l’incendie à Vision 4

Dans un communiqué radiopresse signé ce 13 mai par le chef de la division de la Communication du groupe l’Anecdote, l’on apprend que ledit incendie aurait été causé par la forte pluie. La nouvelle a vite fait le tour de la ville de Yaoundé et des réseaux sociaux. Un feu s’est déclaré dans le bâtiment abritant le groupe l’Anecdote à...

Covid-19 et Présidence : couacs et péchés capitaux de la Task force

Covid-19 et Présidence : couacs et péchés capitaux de la Task force

En s'arrogeant l'exclusivité de l'attribution des marchés, le casting des entreprises, le comptage des matériels, la présidence met en déroute le premier ministre, transforme le Minsanté en une simple caisse d'enregistrement, le ministre en garçon de course. Une correspondance du Minetat/Sgpr adressée le 20 avril 2021 au Ministre de la santé publique frappée de la mention « Très urgent »...