Cameroun Actuel

Poisson, viande de bœuf, riz, pain, sucre… : pas de hausse de prix dans les marchés

Le Ministre du Commerce a opéré une descente dans les commerces de la ville de Yaoundé ce 1er Avril 2021.

Le consommateur a été toujours au centre des préoccupations du ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana. Face aux allégations persistantes sur la hausse des prix des produits de grande consommation ces derniers jours, le Mincommerce s’est immédiatement rendu dans les différents marchés de la ville de Yaoundé pour toucher du doigt les réalités et s’assurer que les prix homologués sur les produits de première nécessité sont respectés.

Lors de son escale à Sorepco, agence de Mokolo, les responsables rassurent qu’il y a du riz sur le marché au coût de 16 500 Fcfa le sac de 50 Kg au lieu de 17 500 F le prix homologué. Dans la même veine, les vendeurs de viande de bœuf du marché Mokolo rassurent que les prix homologués restent à 2300 Fcfa le Kg avec os et 2800 f le Kg sans os.

Pour ce qui est de la vente du sucre, Sosucam a également mis sa machine en branle. Selon le directeur général de cette structure, 200 points de vente sont affiliés à l’entrepôt de Nlong kakàYa oundé.

« Nous avons 3 à 4 rotations de 30 à 40 tonnes par semaine. La Sosucam dispose 55000 tonnes de sucre en stock principalement dans notre site de Mbaridjock et Nko-teng, 2000 tonnes à douala, 1000 tonnes au magasin de N’Gaoundéré et 1200 distributions dans les pôles pour couvrir toute la période de festivité », rassure-t-il. Sur le marché, le prix du pain reste également le même.

D’après le responsable de la boulangerie Calafatas visitée par le ministre du commerce, la barrette de 160 grammes est vendue à 100 f et celle de 200 grammes à 125F. Les mêmes prix sont pratiqués dans les boulangeries Se-lecte et Acropole. Et quand n’est -il donc du maquereau.

Selon le responsable du point de vente Congelcam Mokolo, « la rareté du maquereau n’est pas une spécificité Camerounaise. Le déficit est mondial parce que nous traversons la période dite de reproduction ou de repos biologique. Néanmoins, nous avons pris des dispositions pour mettre sur le marché des produits de substitution ».

L’Avenir

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Gouvernement : qui en veut à Mbarga Atangana ?

Luc Magloire Mbarga Atangana : défenseur central des pénuries

Au cœur du ministère du Commerce depuis 2004, Luc Magloire Mbarga a toujours su éviter au panier de la ménagère, les agressions répétitives des spéculateurs et des commerçants véreux. Ceci à travers ses descentes sur les marchés qui finissent par freiner les ardeurs mercantilistes des opérateurs. Cela ne lui vaut pas que des amis. Au contraire, l’homme fait souvent face...

Coronavirus : le grand relâchement dans la ville de Douala

Coronavirus : le grand relâchement dans la ville de Douala

Depuis l'annonce par le Premier ministre de l'allègement des mesures barrière, les bars et autres snacks bars ne désemplissent plus. Au marché "Double-Balle" ce mardi 05 mai 2020, ce n'est certes pas la grande affluence des jours ordinaires, mais la promiscuité observée ce soir dans ce lieu fréquenté du quartier Bépanda, dans l'arrondissement de Douala Sème, ne laiàse guère indifférent....

Douala: du poulet à la portée de toutes les bourses

Douala: du poulet à la portée de toutes les bourses

Les habitants de la ville se ruent dans les marchés depuis plusieurs jours pour profiter de cette aubaine offerte par les restrictions gouvernementales de lutte contre le coronavirus. Certains hôtels et restaurants ont fermé boutique. Ces gros consommateurs de poulets ont réduit à néant leurs demandes aux aviculteurs qui n’avaient pas arrêté leurs productions. La balance est très déséquilibrée, et...