Cameroun Actuel

Martin Camus Mimb en désaccord avec le gouverneur de la région de l’Ouest

Le journaliste s’offusque de voir que le gouverneur de la région de l’Ouest Awa Fonka Augustine ait décidé d’interdire l’organisation des funérailles dans sa zone de commandement.

Pour Martin Camus Mimb, il ne fallait pas interdire les funérailles dans la région de l’Ouest. Ce qu’il fallait faire, c’est encadrer ce type d’événements qui pour lui s’inscrit dans la suite logique de l’industrie. Le promoteur de Radio Sport infos s’étonne de voir qu’on laisse les levées de corps et même les messes du dimanche et que l’autorité administrative n’ait pensé qu’à refuser désormais l’organisation des funérailles à l’Ouest.

Rappelons que le gouverneur Awa Fonka Augustine a décidé d’interdire les funérailles dans son territoire de commandement pour une durée de 2 mois. Dans l’arrêté qu’il a signé, il précise que cette période peut être renouvelée. Et cette décision, il l’affirme la prendre à cause de la résurgence de la pandémie du coronavirus. Aussi, il rappelle que pour tout événement populaire à l’instar des mariages et concerts, le quota de 50 personnes doit être respecté.

Retrouvez ci-dessous la tribune de Martin Camus Mimb

POURQUOI JE NE SUIS PAS D’ACCORD AVEC LE GOUVERNEUR DE L’OUEST…
J’ai bien compris qu’il fait la différence entre obsèques et funérailles. C’est-à-dire qu’on peut enterrer, mais on ne peut pas célébrer ceux qu’on a enterré. Mais les funérailles ne sont pas simplement une messe de requiem où on prie pour l’âme de ceux qui sont partis. C’est très souvent un rituel de succession et de transmission. C’est-à-dire à dire qu’on ne peut pas s’en passer. Ou alors lorsqu’on s’en passe, il y a des mécanismes de régulation des communautés qui sont gelés. Si je pense comme lui que ces regroupements sont des véhicules de transmission facile du #Covid19, je pense qu’aux mêmes titres que les messes du dimanche, les levées de corps tous les jours dans les morgues, il faut juste encadrer et non interdire.
Mais cela trahit quelque chose devenu très banal, qui illustre la déchirure de notre société. La brimade permanente de l’autorité sur les traditions et la culture. Je pense que la première décision et plus simple à prendre, est la fermeture des morgues dans le sens de la sortie des corps. Sinon, j’ai du mal à comprendre la logique de stopper une industrie sur les circuits de distribution et non sur la production de base. Les funérailles sont la continuité de l’industrie funéraire. Il faudrait fermer la production pour stopper la distribution des produits. Sinon, quand on enterre, on a le droit de pleurer ou de chanter. Ne me dites pas merci. Bonne journée !

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

« J’étais seul sur un lit froid et muet » : le témoignage poignant d’un malade guéri du Coronavirus

Alerte – Covid 19 : relâchement des mesures barrières dans les hôpitaux au Cameroun

 Le port du masque constitue l'arbre qui cache la forêt dans de nombreuses formations sanitaires de Yaoundé.   Un tour dans certaines formations sanitaires de l'arrondissement de Yaoundé V le 26 avril dernier. Dans l'un des centres assidûment fréquenté par des malades, une seule entrée sur les trois que compte cet hôpital est opérationnelle. Mais il faut montrer patte blanche...

Ouest : le gouverneur Awa Fonka Augustine s’inquiète de la recrudescence de l’insécurité

Ouest : le gouverneur Awa Fonka Augustine s’inquiète de la recrudescence de l’insécurité

Il vient de rendre public un communiqué dans lequel, il appelle à la collaboration des populations pour mettre hors d’état de nuire; les parasites. Le weekend dernier, des malfrats ont réussi à s’introduire à la sous-préfecture de Penka-Michel, située en face de la brigade de gendarmerie de la localité. Loin d’être un cas isolé, ce cambriolage audacieux est venu s’ajouter...

Cameroun : le gouvernement étudie les mesures d’accompagnement pour atténuer les effets négatifs du Covid-19

Vaccin contre le Coronavirus : Joseph Dion Ngute a pris sa dose de Sinopharm (vidéo)

Joseph Dion Ngute le premier ministre s’est fait vacciner hier 21 avril 2021. C’est à l’immeuble étoile que Joseph Dion Ngute s’est fait vacciner contre le coronavirus hier mercredi 21 avril 2021. Pour la circonstance, il était accompagné d’autres membres du gouvernement parmi lesquels, dont Grégoire Owona ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Joseph Beti Assomo ministre de...