Connect with us

Cameroun Actuel

Pénurie matériel de dialyse : le Ministre de la Santé s’explique

Santé

Pénurie matériel de dialyse : le Ministre de la Santé s’explique

Pénurie matériel de dialyse : le Ministre de la Santé s’explique

Entre déficit de la qualité et de la quantité des kits, la vétusté des machines, le ministre de la Santé rassure les patients en annonçant les solutions dans les prochains mois.

Alors que le gouvernement alloue quatre milliards de Fcfa chaque année à la subvention de la prise en charge du traitement des patients souffrant de l’insuffisance rénale au Cameroun, le mal persiste. Dans les formations sanitaires telles que le centre hospitalier universitaire de Yaoundé et l’hôpital général de Yaoundé, les patients atteints de cette maladie manquent de dialyse et organisent des mouvements d’humeur, lorsqu’ils en ont ras-le-bol pour faire entendre leurs voix. Le dernier en date est la sortie des dialysés privés de soins à Maroua le 13 janvier 2021. Ils demandaient la réouverture de leur centre d’hémodialyse. Pour lever toutes équivoques, le ministre de la Santé publique, Mala-chie Manaouda a présidé une rencontre avec les personnes souffrant de l’insuffisance rénale chronique du Centre de l’hôpital général de Yaoundé.

Ce 19 janvier 2021, des différentes interventions, il ressort que les principaux problèmes qui altèrent la prise en charge efficace et efficiente des hémodialysés tournent autour de : l’insuffisance en qualité et en quantité des kits, la vétusté du matériel souvent due à la sur utilisation des machines qui entraîne des pannes et arrêts intempestifs de celles-ci, l’insuffisance des ressources humaines (2 infirmiers pour 25 machines), le mauvais fonctionnement de la salle d’eau, le manque d’une banque de sang au sein de l’hôpital, la cherté de la prise en charge malgré la subvention de l’État, et la non prise en compte du volet transplantation dans le traitement de l’insuffisance rénale chronique.

Des problèmes ayant été posés, des engagements ont été pris et des pistes de solutions évoquées. Tout d’abord, le ministre Manaouda Mala-chie, a démontré qu’à travers les fonds alloués aux personnes souffrant de l’insuffisance rénale, ces derniers ne sont pas abandonnés. Il a d’ailleurs insisté sur le fait que la situation de ces patients est au centre des préoccupations du département ministériel dont il a la charge. Dans les prochaines semaines par exemple, des techniciens et néphrologues prendront part au Maroc à une formation pratique sur l’utilisation et la maintenance des équipements.

Manaouda Malachie a également annoncé d’ici mars, la mise à disposition de nouvelles machines (entre 40 et 60), la descente sur le terrain dès ce 20 janvier 2021 d’une équipe de techniciens afin d’examiner la faisabilité de la construction d’un forage au sein de l’hôpital pour assurer le fonctionnement permanent de la salle d’eau, -le renforcement d’ici la fin de la semaine du personnel de soins.

Par ailleurs, le ministre de la Santé publique a rassuré ses interlocuteurs quant au travail et plaidoyer qui sont faits pour parvenir à la gratuité de la prise en charge du traitement, mais aussi à la création d’un compte d’affection spécial pour garantir la pérennisation du financement de la dialyse. Pour ce qui est de la transplantation des organes, il a également relevé que les réflexions en cours sont déjà assez avancées et que d’ici la fin du premier trimestre 2021 la proposition du texte de loi y afférente sera envoyée au Gouvernement. C’est sur ces perspectives que les différentes parties se sont séparées en se promettant chacun de faire ce qui est à son niveau pour l’amélioration de la prise en charge des malades.souffrant de l’insuffisance rénale chronique.

source : Le jour n°3341

cliquer ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans Santé

To Top
shares