Connect with us

Cameroun Actuel

Douala : «plus de 200 familles dans la rue à Fret Aéroport»

Société

Douala : «plus de 200 familles dans la rue à Fret Aéroport»

Douala : «plus de 200 familles dans la rue à Fret Aéroport»

Les bulldozers ont détruit maisons d’habitation, commerces et mosquée dans cette zone située près de l’aéroport samedi 09 janvier 2021.

Un marteau à la main, ce quinquagénaire frappe de toutes ses forces sur gros morceau de parpaing. Il essaie dans bien que mal d’y extraire les barres de fer qui y sont coincées. Il s’arrête un moment. Il a le regard perdu dans le vide. Il se nettoie la sueur sur le visage et reprend l’opération. De sa maison établie au lieu-dit Fret Aéroport à Douala depuis plus de dix ans, il ne reste plus que des tas de gravats. Les gros bulldozers qui sont passés ici aux premières heures du samedi 09 janvier 2021 ont détruit son domicile construit en matériaux définitifs. Les engins destructeurs ont également rasé une centaine d’autres maisons dans cette zone située à quelques encablures seulement de l’aéroport internationale de Douala, dans l’arrondissement de Douala 3ème. ‘

La mosquée détruite

Sur le site au lendemain des casses, c’est un véritable champ de ruines en lieu et place des bâtisses. Les décombres s’étalent sur un périmètre d’un peu plus de 150 mètres de long. Les sinistrés et autres badauds y ont tous fait incursion ce matin. Tandis que les uns tentent de récupérer quelques matériaux de construction, d’autres sont à la chasse de bois de chauffe ou de ferraille destinée à la vente. Dans ces décombres, on retrouve des adolescents à majorité, mais aussi des tout-petits. Voilà d’ailleurs une cohorte de.six bambins, dont l’ainé a tout au plus 9 ans, qui fait son entrée sur le site. Certains de ces gamins sont vêtus de sandales, malgré le terrain accidenté et la présence sur les lieux de bouts de tôle, de clous et autres feuilles de tôles.

Abdoulaye Ngoumpouo-goun, un sinistré, dégouline de sueur. Il n’en revient toujours pas. Il est désormais sans abri. Ce père de cinq enfants a perdu deux maisons dans ces démolitions. Il a encore en mémoire les images de la veille, lorsque les bulldozers sont arrivés sur les lieux vers 6h du matin. C’était la débandade. Chacun s’est organisé comme il pouvait pour mettre à l’abri les enfants et quelques meubles. Les engins ont tout démoli sur leur passage : des maisons d’habitation, des commerces et la mosquée. L’église du coin y a échappé. D’après les témoignages, la police a dû faire usage de bombe à gaz lacrymogène pour disperser la foule lors de ces déguerpissements. Dans le tracé, toutes les constructions situées à 30 mètres de la chaussée sont concernées. Même si certains propriétaires déplorent le fait que les engins soient allés au-delà de ces mesures.

Plusieurs sinistrés ont passé la nuit du samedi au dimanche 10 janvier à la belle étoile. Certains ont trouvé refuge chez des proches et à la chefferie de New Town Aéroport. Selon Mvessa, chef du bloc 10 de New-Town Aéroport, plusieurs mises en demeure avaient été produites par le préfet du département du Wouri et distribuées aux populations pour les demander de déguerpir. La dernière note du genre date de la veille, le vendredi 08 janvier 2021 pour demander de libérer ce lieu, dit occupé illégalement et présenté comme terrain appartenant à l’aéroport de Douala.

Source : Le Jour N°3334

cliquer ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans Société

To Top
shares