Connect with us

Cameroun Actuel

Des militants du MRC condamnés à 4 mois de prison ferme

Société

Des militants du MRC condamnés à 4 mois de prison ferme

Des militants du MRC condamnés à 4 mois de prison ferme

Le 7 janvier 2021 le Tribunal de première instance (TPI) de Yaoundé centre administratif a rendu son verdict dans l’affaire opposant l’Etat du Cameroun à sept militants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) de Maurice Kamto.

Ils étaient détenus à la prison centrale’ de Yaoundé Kondengui et poursuivis pour, entre autres, réunion et manifestation publiques interdites parles autorités administratives. Dans sa décision, le juge a déclaré Tambot Tedongap Azangue Dongmo Billy et Fongang Suffo Alex Cabrai non coupables dés faits qui leur étaient reprgchéi Par contre, Tchatchouang Kouam Arnault, Vohod Christian, Fansi Mboura Herman, Dongock Cédric ont été reconnus coupables des mêmes infractions. Ils ont été également solidairement condamnés au paiement des frais de justice d’un montant de 28000 francs et à une amende de 25000 francs chacun. Por ailleurs, le tribunal a ordonné la restitution des scellés constitués des téléphones portables des mis en cause. Les détenus, qui avaient déjà passés l’essentiel du temps de leur condamne tion en prison, vont recouvrer leur liberté dans les semaines qui suivent.

Les sept personnes dont il est question dans cette procédure, font partie de nombreux militants interpellés à la suite des marches organisées dans certaines villes du pays par le MRC. Parmi les personnes détenues dans le cadre de la même affaire et en attente de jugement devant le Tribunal militaire de Yapundé (TMY), il y a Alain Fogue, trésorier national du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) et Bibou Nissack, porte-parole de cette formation politique. Ils avaient été inculpés des faits de tentative de révolution, rébellion, attroupement aggravé et défaut de Carte nationale d’identité.

Les camarades du parti de Maurice Kamto avaient été interpellés dans le cadre des marches organisées par le MRC pour contester la tenue des élections régionales pendant que les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest sont terrorisées par les rebelles sécessionnistes. Lesdites marches avaient été interdites par les pouvoirs publics et qualifiées de trouble à l’ordre public et de rébellion.

Source: Kalara N°368

cliquer ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans Société

To Top
shares