Connect with us

Cameroun Actuel

Réchauffement climatique : Israël, leader en matière d’innovation climatique

Analyses

Réchauffement climatique : Israël, leader en matière d’innovation climatique

Réchauffement climatique : Israël, leader en matière d’innovation climatique

Aujourd’hui plus que jamais, le monde éprouve un besoin croissant de solutions pratiques et technologiques pour faire face à la crise climatique. Quelles propositions et solutions Israël – qui fait partie des principaux leaders dans les domaines de l’innovation climatique, peut-il apporter vis-à-vis des besoins essentiels à la prospérité et à la survie de l’humanité, alors que la crise environnementale s’aggrave de jour en jour ?

La population mondiale, en constante augmentation et dépendante de l’agriculture pour se nourrir, est menacée par le changement climatique, les pénuries d’eau, ainsi que la désertification. Voici comment Israël innove pour faire face à la crise environnementale, à la fois au niveau local et international :

L’agriculture de précision L’agriculture de précision et hydroponique, l’irrigation goutte à goutte, le développement de souches résistantes aux maladies, la réhabilitation des sols appauvris par l’érosion et la salinisation, l’utilisation de l’eau saumâtre…, sont autant de solutions qu’Israël utilise et préconise afin de faire face aux dangers climatiques. À celles-ci s’ajoutent le stockage des produits agricoles, les soins après récolte et la rationalisation de la production agricole afin d’éviter le gâchis alimentaire et réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Voici un exemple d’innovation israélienne dans le domaine agricultural :

The Volcani Centre, (Organisation de recherche agricole d’Israël) a mis au point une méthode de réduction des pertes de productions céréalières permettant de réduire de moitié la perte de grains dans les silos. Les maladies, les moisissures et les insectes causeraient 10% de pertes des céréales stockées. Une quantité extraordinaire de gaz à effet de serre, d’eau et de terres agricoles pourrait être économisées si le taux de perte de céréales stockées dans le monde était réduit de moitié.

Rationnaliser les productions agricoles

La FAO (Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture), estime que la production agricole augmentera d’environ 70% d’ici 2050. Israël rationalise ses productions agricoles et porte une attention particulière à l’après récolte et au stockage. Le changement climatique et la désertification affaiblissent les systèmes de productions naturels qui peinent à fournir des services à la fois à l’humanité et à la nature. Cela est dû à la forte croissance démographique ainsi qu’à l’augmentation de la demande de cultures pour les besoins industriels entre autres.

La crise de l’eau

Afin de mieux préserver et utiliser l’eau, Israël a mis au point des technologies de pointe en matières de purification et de dessalement. 90% de ses eaux usées sont purifiées et recyclées pour être utilisées dans l’agriculture. Si ce taux de recyclage était étendu au monde entier, cela réduirait massivement la quantité de gaz à effet de serre, empêcherait la pollution de l’environnement et la destruction des écosystèmes naturels et fournirait simultanément de l’eau traitée et purifiée à la fois pour l’environnement et l’agriculture.

La prévention de la perte d’eau dans les systèmes urbains est un autre défi. Israël a mis en place une grande variété de technologies et de méthodes afin de prévenir la perte d’eau dans les systèmes d’approvisionnement comme la détection de liquides par des systèmes à distance.

Reboiser les régions semi-arides

Chaque année en Israël,  afin de préserver les forêts dans les zones semi-arides et à faibles précipitations, des milliards d’arbres sont plantés et atténuent ainsi les effets de la crise climatique. Le pays utilise la technique de reboisement, et non de « boisement » (nouvelles forêts), qui se fait au détriment des écosystèmes locaux fonctionnant naturellement.

Les énergies renouvelables Petit pays côtier et ensoleillé, Israël innove au travers de ses ressources locales et permet de mettre de côté l’utilisation de batteries (obsolètes et coûteuses) qui doivent être recyclées à la fin de leur cycle de vie. La puissance des vagues, les systèmes solaires ainsi que le stockage d’énergie dans la glace permettent une réelle production d’énergie renouvelable.

Remplacer les protéines animales

Des entreprises et instituts de recherches universitaires israéliens sont reconnus pionniers dans le développement de substituts aux protéines animales. Viande de culture cultivée en laboratoire, protéines végétales imitant la viande ou le poulet ou protéines produites par fermentation… Ces solutions peuvent contribuer de manière significative au combat face à la crise agricole. Il est important de noter que la pandémie du coronavirus a grandement contribué à l’intérêt que les entreprises opérantes dans ce domaine portent aux protéines animales.

La prise de conscience mondiale sur la relation entre les épidémies de maladies zoonotiques et notre façon de nous nourrir a eu d’énormes conséquences sur la production et la consommation de viandes. Il convient ainsi d’encourager les systèmes d’innovations dans ce domaine afin de réduire la pression sur la nature et éviter de nouvelles pandémies mondiales, pouvant être dues à l’élevage intensifs ou à l’hygiène des fermes / centres de productions.

Etendre la coopération régionale

La coopération régionale avec nos voisins du Moyen-Orient est essentielle et nécessaire pour prévenir les effets de la crise climatique, qui peut s’avérer particulièrement dramatique dans la Région.

Coopérer permettrait de transférer énergies renouvelables et eau. Autrement, les pays de la région devront faire face aux difficiles dégâts du changement climatique. C’est également une excellente opportunité pour créer des collaborations pouvant mettre en place une réelle activité économique et construire une plateforme d’intégration régionale. Les récents accords d’Abraham permettent désormais d’entrevoir cette possibilité.

L’aide internationale Dans le domaine de l’aide internationale (MASHAV), Israël a également beaucoup à apporter, notamment aux pays en voie de développement, qui souffrent particulièrement de la pandémie de coronavirus et du manque d’eau potable et agricole notamment. Les pays développés et les divers organes des Nations-Unies qui comprennent les conséquences possibles du changement climatique dans les pays en développement peuvent faire bon usage des technologies et de l’expérience d’Israël contre le réchauffement climatique.

MASHAV, l’agence d’aide internationale d’Israël située au sein du Ministère des Affaires étrangères, est particulièrement expérimentée dans ce domaine. Cette assistance a également le potentiel de faire progresser la coopération avec d’autres pays donateurs importants. En tant que telle, elle favorisera également l’apprentissage mutuel et le transfert de connaissances, et renforcera les relations politiques et économiques entre les pays donateurs et les pays en développement.

Pour conclure, Israël est un acteur de premier plan international dans l’apport de solutions face à la crise climatique. Au niveau régional, Israël investit de nombreux efforts pour renforcer la coopération régionale, réduire les risques et maximiser les avantages pour les pays de la région. Les accords d’Abraham vont sans aucun doute apporter une contribution significative à cet égard.

Par Anan ZEN, l’Ambassadeur Adjoint de l’Ambassade d’Israel au Cameroun

Continue Reading
Advertisement
cliquer ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans Analyses

To Top
shares