Connect with us

Cameroun Actuel

Mafia politico-judiciaire : la Menoua sans chefs traditionnels au Conseil Régional de l’Ouest

Politique

Mafia politico-judiciaire : la Menoua sans chefs traditionnels au Conseil Régional de l’Ouest

Mafia politico-judiciaire : la Menoua sans chefs traditionnels au Conseil Régional de l’Ouest

Au terme d’une histoire à rebondissements, la liste conduite par Sa Majesté Tsidié Gabriel a finalement été invalidée à la Cour suprême. Incompréhensible !

L’histoire est terrible, injuste mais bien réelle ; Le premier Conseil régional de l’Ouest qui se tiendra le 22 décembre prochain sera incomplet pour ce qui est des représentants du commandement traditionnel. Ils seront 17 sur les 20 attendus. Manqueront à l’appel les 3 chefs traditionnels représentant la Menoua. Le résultat d’une cabale grotesque contre la liste conduite par Sa Majesté Tsidié Gabriel, le chef supérieur Bamendou dans la commune de Penka Michel, liste dans laquelle on retrouvait SM Nguefack Placide de Fossong Wenleheng dans la commune de Dschang et S.M. Gnintemzem Albert de Fombab dans la commune de Santchou.

Cette liste avait été recalée dans un premier temps par Elecam qui prétextait qu’elle n’avait pas pris en compte toutes les composantes sociologiques du département de la Menoua. Concrètement, le département de la Menoua à des composantes sociologiques telles que les Bamiléké, les Mbo’o (dans la commune/ Arrondissement; de Santchou) et des Bororos disséminés un peu partout dans les montagnes. Le Conseil électoral de Elecarn a donc officiellement rejeté pour non-respect des composantes sociologiques (absence des Mbo’o dans cette liste).

Sans tarder, la tête de liste Sa Majesté Tsidié Gabriel allait faire appel de cette décision. L’affaire qui est passée devant le Tribunal administratif de l’Ouest à Bafoussam a donné droit à un débat épique. La batterie des avocats des chefs traditionnels de la Menoua ont convoqué les jurisprudences et les situations comparables pour montrer que cette notion était floue, imprécise vague et non définie par le législateur et la jurisprudence.

A titre d’exemple, ils ont démontré que les Mbo’o étaient également présents ’dans le département du Haut-Nkam (commune de Kekem) et la liste des chefs [traditionnels de ce département n’avait pourtant pas été rejetée du fait de l’absence de cette composante dans la liste. Mieux, ces avocats conseils ont invoqué aussi le cas du département du Noun où l’absence des Bororo n’avait pas été suffisante pour disqualifier une liste où on ne retrouvait que des Bamoun.

Convaincu par ces démonstrations, le tribunal administratif de l’Ouest allait réhabiliter la liste de Sa Majesté Tsidié Gabriel d’où la décision d’imprimer ses bulletins de campagne.
Reste que dans la semaine précédant ces élections, un coup de théâtre allait partir de la Cour suprême. L’auguste instance étant revenue sur la décision du Tribunal administratif de l’Ouest pour remettre les choses au point de départ de l’élimination de cette liste.

Une décision incompréhensible qui pour le moment prive le département de la Menoua de représentants du commandement traditionnel dans le premier Conseil régional de l’Ouest injustice ? Terrible !

source : Ouest Echos N°1169

cliquer ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans Politique

To Top
shares