Connect with us

Cameroun Actuel

Budget 2021 : voici les dépenses du gouvernement

Economie

Budget 2021 : voici les dépenses du gouvernement

Budget 2021 : voici les dépenses du gouvernement

Joseph Dion Ngute et son équipe envisagent accélérer la construction des infrastructures routières, sécuritaires et continuer à se déployer pour la lutte contre le Coronavirus entre autres.

La session parlementaire du mois de Novembre est close depuis le vendredi 11 décembre 2020. Pendant 30 jours, 7 projets de textes ont été examinés et votés parmi lesquels la loi de finance portant budget de la République du Cameroun pour l’exercice 2021. Ce budget s’équilibre en ressources et en emplois à 4 865 milliards 200 millions de Fcfa dont 4 670 milliards de Fcfa au titre du budget général et 195 200 milliards de Fcfa pour les Comptes d’affectation Spéciale. Il a été adopté le samedi 05 et le vendredi 11 décembre 2020 respectivement par l’Assemblée nationale et le Sénat.

Dans le programme économique, financier, social et culturel du gouvernement présenté le 25 novembre 2020. le Premier ministre, Joseph Dion Ngute a déployé les grands axes des actions de l’année 2321. Sur le plan sécuritaire, plusieurs infrastructures seront rénovées, construites et équipées, dans l’optique d’améliorer les capacités opérationnelles des forces de défense et de sécurité. On annonce d’ailleurs la construction d’un dortoir troupe dans le Sud-Ouest et d’un mur de sécurité à la brigade de Meyomessala entre autres projets. Le budget du ministère de la Défense s’élève à 248.5 milliards de Fcfa.

Sur le plan judiciaire, on est parti pour un grand coup d’accélérateur dans certains projets. Avec une enveloppe de 60,5 milliards pour le ministère de la Justice, le gouvernement compte poursuivre avec l’information des services judiciaires, la finalisation de l’avant-projet de code civil bilingue, ainsi que du Code de procédure civile et commerciale bilingue, l’élaboration de l’avant-projet de loi sur l’exécution des peines alternatives ; la poursuite des travaux de construction et de réhabilitation des pénitenciers. Ce dernier projet permettra à cout sûr de désengorger certaines prisons afin de permettre aux détenus de bénéficier d’un peu plus d’espace. Plusieurs actions sont également prévues.

Au niveau de la formation professionnelle, il sera question « d’atteindre le cap de 500 mille emplois décents ». Pour cela, il est envisagé : d’accroître l’offre de formation professionnelle à travers l’achèvement des travaux de construction et d’équipement des Centres de Formation aux Métiers non agricoles à Bandjoun, Ndop, Ebebda, Maroua, Ngaoundéré et Bertoua, de construire des Centres de Formation Professionnelle Sectoriels en Mainte-nance Industrielle. Transport et Logistique à Edéa, ainsi qu’en Agroalimentaire à Douala, sur fonds C2D, de mettre en service le Centre de Formation aux Métiers de Nanga-Eboko, de développer le Centre de Formation Professionnelle Rapide des Métiers Industriels de Pitoa.

Dans le secteur du transport, le gouvernement ne compte pas laisser sombre l’Etoilè du Cameroun. Il va poursuivre avec la mise en œuvre du Plan de restructuration de la Camair-Co ; ouvrir la ligne de cabotage entre les ports de Kribi et de Douala, conduite une étude de faisabilité pour la construction de la ligne de chemin de fer reliant Ngaoundéré à Ndjamena ; finaliser l’étude relative au projet de construction d’une gare routière pilote à Limbé; renforcer les capacités des services météorologiques et climatologiques.

Au ministère des Travaux publics, l’année 2021 sera une année de réception. Il est envisagé d’ailleurs de réceptionner : 98 kilomètres, au titre des autoroutes Yaoundé-Douala (phase 1) et Kribi-Lolabé ; 423 kilomètres de nouvelles routes bitumées ; 472 mètres linéaires d’ouvrages d’art construits et 532 mètres linéaires d’ouvrages d’art réhabilités etc. Dans l’optique d’accroître la durabilité des routes en terre et l’entretien des routes bitumées, le Gouvernement envisage de passer à la phase d’expérimentation des chaussées en béton. Cette nouvelle option permettra de promouvoir la politique d’import-substitution, à la faveur du remplacement du bitume par le ciment produit localement.

Le secteur eau et énergie est également en pole position avec une grosse enveloppe de 228,4 milliards. Il sera question d’accélérer la mise en œuvre du Projet d’alimentation en eau potable de la ville de Yaoundé et ses environs à partir du fleuve Sanaga ; de poursuivre le Projet d’Études d’Alimentation en Eau Potable en Milieu Rural dans 350 localités ; de lancer la mise en œuvre du programme de réhabilitation de 350 stations SCANWATER sur toute l’étendue du territoire. D’autres secteurs seront également mis en avant notamment la santé, avec la poursuite de la lutte contre le Coronavirus, l’éducation etc. Le programme économique, financier, social et culturel du gouvernement voudrait se positionner comme une relance dans un contexte marqué par le Coronavirus. Sauf que le Premier ministre dans la présentation de la politique globale a évité la question des 15% du budget à allouer aux collectivités territoriales décentralisées.

Après l’adoption de ce projet de loi de finance par les deux chambres du parlement, il revient désormais au président Paul Biya de promulguer cette loi.

source: Le Jour n°3318

cliquer ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans Economie

To Top
shares