Connect with us

Cameroun Actuel

Affaire Stéphanie Djomo : Equinoxe Television réaffirme son professionnalisme

Société

Affaire Stéphanie Djomo : Equinoxe Television réaffirme son professionnalisme

Affaire Stéphanie Djomo : Equinoxe Television réaffirme son professionnalisme

Equinoxe Tv répond au ministre de la Communication à propos d’une mise en demeure, pour « manoeuvre d’instrumentalisation de l’opinion nationale et internationale ».

Tout s’accélère le 12 novembre par la mise en demeure du ministre de Communication à la chaîne de télévision Équinoxe TV, accusée, dans son émission hebdomadaire dénommée « Paroles de femmes », édition du mardi 03 novembre 2020, d’avoir diffusé de faux témoignages « à la fois pathétiques et émouvants » de concitoyennes se présentant « mensongèrement » dit le ministre, comme des victimes de la situation de’crise qui prévaut dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. Il accuse Victoire Stéphanie Djomo Yepmo d’avoir « fait montre d’imagination théâtrale, en livrant un récit totalement fictif au sujet « de scènes d’horreur et d’atrocités commises dans la zone de Kumba ».

Dans son propos, le ministre’de Communication soutient que les investigations menées parles services spécialisés, dans le cadre de l’audition de dame Djomo Yepmo Victoire Stéphanie, interpellée le 8 novembre 2020, « attestent sans le moindre doute, qu’il s’agissait purement et simplement d’une manoeuvre d’instrumentalisation de l’opinion nationale et internationale », il accuse la chaîne de télévision d’avoir volontairement orchestré ce qu’il qualifie de « scène ubuesque » et d’outrepasser « les limites du champ des libertés publiques, si chères au président de la République Son excellence Paul Blya, par une inobservance criarde des prolégomènes du métier de journaliste, de la déontologie et de l’éthique professionnelles. »

Mandela Center International

Qu’en est-il réellement ? Equinoxe Tv a-t-elle diffusé de faux témoignages ? L’ONG internationale à statut consultatif spécial auprès des Nations Unies, Mandela Center International, eu égard aux informations en sa possession, dit être « en mesure d’affirmer que Victoire Stéphanie Djomo, est une victime du Conflit armé non international (Cani) qui secoue les régions anglophones du Cameroun depuis 2016 et qu’elle a perdu ses jumelles (Clara et sa sœur) dans la crise anglophone quand elle habitait au quartier Fiango, à Kumba, au début de la crise », atteste le secrétaire exécutif permanent de l’Ong, dans une note d’information datée du 12 novembre dernier à Yaoundé.

Mandela Center agrée ainsi le contenu de l’émission spéciale de « Paroles de femmes » du mardi 10 novembre dans la soirée, un reportage aux allures de mise au point face aux interrogations suscitées par les propos de cette dame, dans le document diffusé, les enfants de Victoire Stéphanie Djomo, ainsi que son beau-père chez qui elle vit «depuis trois ans », témoignent pour, visiblement, lever toute équivoque. Le reportage peint avec détails la misère de Victoire Stéphanie Djomo depuis son retour de la zone anglophone, avec les témoignages de ses enfants Tatiana et Daphnie ainsi que de son beau-père sur le vécu quotidien de cette famille et sur la véracité des propos de Victoire Stéphanie Djomo sur cette affaire. Et Le Jour a pu consulter la réponse d’Equi-noxe Télévision à la mise en demeure du Mincom. Sur l’objectif de la production de l’émission, il s’agissait, apprend-on, « de dénoncer les tueries des enfants et d’évoquer les conséquences de la guerre sur les femmes et les enfants » dans les régions en crise. La chaîne de télévision dévoile d’ailleurs comment Mme Djomo a été retenue pour l’émission : « Comme il est de coutume après l’annonce d’appel à candidature, une quinzaine de femmes se sont présentées. Dans le délai imparti, six femmes se sont retrouvées sur le plateau de l’émission. Équinoxe Télévision n’a aucun rapport avec les femmes qui sont intervenues à « Paroles de femmes » en dehors de leur passage à l’émission », insistent nos confrères.

Propagande

Les invités des différents programmes interviennent, « sans aucune rétribution », sôuligne la chaîne télé, en respectant les canons des émissions où ils sont appelés à prendre la parole pour s’exprimer en toute liberté sur un sujet donné.

Equinoxe Tv s’étonne surtout d’être accusée d’inobservance des « prolégomènes » du métier de journaliste, de la déontologie et de l’éthique professionnelles. « Sur les supposés manquements aux règles éthiques et déontologiques, nous nous inscrivons en faux contre ces assertions. Pour preuve, Équinoxe Télévision est à ce jour un des rares médias si ce n’est le seul organe de presse au Cameroun à n’avoir jamais reçu le moindre avertissement de l’organe de régulation qu’est le Conseil national de la communication, et, mieux, le ministère de la Communication.”

Chaque fois que l’organe a été interpellé, les éléments irréfutables apportés l’ont toujours blanchi. Tant devant l’organe de régulation que la tutelle, assure Équinoxe TV, « nous sommes convaincus qu’il en sera de même cette fois-ci ». Equinoxe Télévision, au même titre que d’autres médias, a récemment été mis à l’index par le ministre de l’Administration territoriale à propos du massacre des enfants de Ngarbuh. La chaîne télé avait pourtant fait son travail d’information avec professionnalisme contrairement à quelque média. De l’avis de ses téléspectateurs, Équinoxe Télévision se taille patiemment depuis plusieurs années une place de choix parmi les médias camerounais soucieux des règles professionnelles du journalisme. Une réputation de rigueur qui paradoxalement semble déranger, dans un contexte où la désinformation et la propagande polluent l’espace public.

source : Le jour n°3303

cliquer ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans Société

To Top
shares