Connect with us

Cameroun Actuel

Marche du 22 septembre : la riposte du gouvernement

Politique

Marche du 22 septembre : la riposte du gouvernement

Marche du 22 septembre : la riposte du gouvernement

René Emmanuel Sadi précise que tous les participants à cette manifestation répondront devant la justice. Il réitère que les forces de maintien de l’ordre feront tout pour préserver la paix sociale.

Le gouvernement de la République est ferme sur les marches pacifiques annoncées le 22 septembre prochain qui, d’après les organisateurs visent à réclamer le départ du président de la République Paul Biya à la tête de l’Etat. Dans un communiqué rendu public ce 15 septembre 2020, le ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi informe : « le gouvernement de la République a pris connaissance des appels à l’insurrection et au renversement des institutions de la République par des responsables d’un parti politique. Le gouvernement rappelle que ces faits sont prévus et réprimés par le code pénal et les dispositions pertinentes de la loi du 23 décembre 2014 portant répression des actes de terrorisme. Le gouvernement rappelle tient à rappeler qu’aucune manifestation ne saurait être pacifique lorsque le but déclaré en est le lancement d’un mouvement insurrectionnel et le renversement d’institutions républicaines démocratiquement élues. Par conséquent tous ceux qui s’associent à un tel projet devront s’attendre à en répondre devant les instances judiciaires compétentes. Les forces de sécurité prendront à cet égard toutes les mesures nécessaires pour assurer fermement le maintien de l’ordre et la paix sociale ».

La sortie du porte-parole du gouvernement intervient 24 heures après celle du ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji. Dans un message destiné aux gouverneurs des régions du Centre, du Littoral et de L’Ouest, le ministre de l’Administration territoriale leur demande de prendre toutes les mesures nécessaires afin d’empêcher la tenue de cette marche prévue le 22 septembre prochain.

Ces différentes réactions des autorités gouvernementales visent à répondre au Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc). Le 24 août dernier, Maurice Kamto s’est opposé à la tenue des élections régionales. Il a promis qu’il était prêt à lancer des manifestations pour exiger le départ du président de la République au cas où il convoquait l’élection des conseillers régionaux.

Depuis Maurice Kamto, le président du Mrc a publié un document baptisé : « code du marcheur pacifique et ré »publicain ». Dans ce document, le président du Mrc demande aux potentiels marcheurs d’avoir un masque de protection. Il leur demande de se munir d’un foulard, d’un flacon de vinaigre ou de jus de citron pour nettoyer lee visages en cas de gaz lacrymogène.

source : le jour

cliquer ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans Politique

To Top
shares