Connect with us

Cameroun Actuel

Santchou : trois sous-préfets en trois mois

Société

Santchou : trois sous-préfets en trois mois

Santchou : trois sous-préfets en trois mois

Cet arrondissement cosmopolite de la Menoua, village d’origine de Pierre Mila Assoute, connait un ballet de responsables qui fait réfléchir.

Installé comme sous-préfet de l’Arrondissement de Santchou le 3 juillet 2020, l’administrateur civil principal Mfopou Aliyou est depuis le 9 septembre 2020, appelé à faire valoir ses compétences à Bengbis, département du Dja et Lobo, dans la Région du Sud. Il n’aura au total passé que deux mois à son poste, deux mois pendant lesquels il aura néanmoins été aux devants de l’actualité avec la gestion des conséquences du mauvais temps qui a entraîné la rupture d’une partie de la route régionale n°17 dans sa circonscription et des inondations qui ont atteint 180 familles dans deux quartiers de Santchou-ville. Le décret n°2020-549 du 09 septembre 2020. portant nomination de sous-préfets l’envoie remplacer Jean Louis Ntouh Ntouh, qui prendra sa place à Santchou.

Que cache la vie sociopolitique de Santchou pour qu’en l’espace de trois mois, il connaisse un tel ballet de sous-préfets ? Le 3 juillet 2020, Mfopou Aliyou remplaçait Moloka Alain Ekwe muté à Ayos, dans le Nyong-et- Mfoumou, région du Centre, qui n’avait passé que 8 mois dans la localité, où il avait lui-même remplacé Chili Abdou qu’on avait oublié là pendant sept ans. En raison de la pandémie du coronavirus, ce dernier avait passé le commandement sans achever sa tournée de prise de contact à travers les chefferies de son territoire. Mfopou s’en va sans même avoir initié la-sienne. « Les inondations de Santchou emportent Mfopou Aliyou », titre un média local. Les a-t-elles mal gérées ? Difficile de le dire, puisqu’on l’a vu, sous les ordres du préfet de la Menoua, Mboke Godlive Ntua, distribuer les dons du Minât aux populations sinistrées de l’arrondissement, quelques jours seulement après le passage de Paul Atanga Nji. La raison de son départ subit est plutôt à chercher dans son passé.

« De sources de dignes de foi, vous avez déclaré moult fois que votre souhait ardent est que je sois relevé de mes fonctions et que vous me suivrez à Santchou », soulignait Mfopou Aliyou dans une lettre au vitriol, à François F. Etapa, le préfet du Ndé, au lendemain de sa mutation à Santchou. La lettre avait fait le buzz sur les réseaux •sociaux où elle avait fuitée, d’autant plus qu’il y expliquait les mécanismes mis en place pour faire gagner le Rdpc dans l’Arrondis-sement de Bazou dont il était le chef de terre, contre les méthodes du préfet.

« En croyant (me) déstabiliser, vous fragilisez plutôt la fonction de Sous-préfet, et surtout mon successeur (…). La seule fois où j’ai trouvé la grâce à vos yeux, c’est lorsque j’ai organisé de main de maître votre tournée de prise de contact dans l’Arrondissement de Bazou du 10 au 23 décembre 2019 », écrivait-il, grincheux. Il savait l’entreprise risquée et c’est peu de dire que sa hiérarchie n’a pas apprécié. Alors que son ancien supérieur hiérarchique vient de bénéficier d’une prolongation de service de deux ans, très médiatisée, il serait en route pour une forme de purgatoire, en raison de la faible importance socio-économique de son nouveau territoire de commandement, explique les connaisseurs. Leurs routes ne vont pas souvent se croiser.

Source: Le jour n°3257

 

Continue Reading
Advertisement
cliquer ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans Société

To Top
shares