Connect with us

Cameroun Actuel

Circulation: Mvan, l’échangeur de la mort

Société

Circulation: Mvan, l’échangeur de la mort

Circulation: Mvan, l’échangeur de la mort

Ce pont aérien sans garde-fous a coûté la vie à Emmanuelle Abodo, mercredi, 10 septembre 2020.

Yaoundé, lieu-dit « 1er échangeur Mvan », il est 15h05min ce jeudi, 10 septembre 2020. Un camion semi-remorque est stationné sur l’échangeur, route ne faisant pourtant pas plus de 8m de large. Les véhicules venant dans le même sens que lui sont obligés de virer à droite pour continuer leur chemin. Seulement, cette manoeuvre risquée va causer un croisement entre deux automobilistes. Mercredi, 09 septembre dernier, c’est Emmanuelle Abodo, en service à la bibliothèque de l’université de Yaoundé 2 Soa, qui a trouvé la. mort sur cette bretelle. « Elle était à bord de son véhicule. Un camion a surgi derrière elle et s’est mis à klaxonner. La dame a sûrement pris peur. En voulant se garer sur le côté pour céder le passage au camion, elle a perdu le contrôle de son véhicule et le pire s’est produit », raconte Hervé, témoin de la scène.

Au lendemain de ce drame, les traces de ce violent accident sont encore visibles sur les lieux. Garde-fous amochés, carburant versé sur le sol, des pièces de véhicules… témoignent de la violence du choc.

Les personnes présentes sur les lieux s’interrogent sur le fait qu’un échangeur ne dispose pas de rambardes de sécurité. «Comment comprendre que dans un pays qui se dit sérieux, il puisse exister un pareil échangeur ? Il n’y avait aucun obstacle qui pouvait empêcher la dame de se retrouver de l’autre côté. C’est malheureux. Jusqu’à quand nos dirigeants seront-ils inconscients des dangers qu’encourent les usagers ? », demande Cédric Ngankou, jardinier. Sur les deux côtés de l’échangeur, seules 12 barres de soutien des garde-fous sur les 18 en place sont encore en état. Les autres, probablement usées par le temps et les multiples accidents, ne sont là que pour le décor. Au niveau souterrain de l’échangeur, le constat est le même : aucune balustrade pour assurer la sécurité des usagers. Sous’le pont, un malade mental a élu domicile, risquant ainsi sa vie tous les jours. « Un échangeur normal doit avoir des garde-fous de part et. d’autre de chaque route. Aussi, un panneau de signalisation qui limite la vitesse doit être placé à l’entrée de chaque bretelle. Ces précautions contribuent à limiter le nombre d’accidents », explique Liliane Djeutcha, ingénieure géotechnicienne.

« Il y a pourtant un panneau de signalisation sur cette voie qui demande aux automobilistes de ne pas rouler à plus de 60km/h. Seulement, aucun d’entre eux ne respecte cette signalisation. Surtout les chauffeurs de grumiers et de taxis. Je passe mes journées ici et je puis vous assurer que tous les jours, je risque ma vie avec les chauffards qui ne respectent pas ce panneau de signalisation », renchérit Hervé.

source : Le jour n°3256

cliquer ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans Société

To Top
shares