Connect with us

Cameroun Actuel

Assassinat d’un policier à Bamenda : le Gouvernement condamne l’acte barbare et cruel des sécessionnistes

Politique

Assassinat d’un policier à Bamenda : le Gouvernement condamne l’acte barbare et cruel des sécessionnistes

Assassinat d’un policier à Bamenda : le Gouvernement condamne l’acte barbare et cruel des sécessionnistes

Dans un communiqué signé le 04 septembre 2020, le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, René Emmanuel Sadi, s’indigne contre l’acte criminel des rebelles sécessionnistes.

Encore un acte odieux de la part des sécessionnistes dans la région du Nord-ouest. Le mardi 1er septembre 2020, au lieu-dit « City Chemist », l’inspecteur de police de premier grade, Joseph Bikoï Nlend Ndaji a lâchement été arraché à la vie par des séparatistes présumés, lors d’une patrouille du Commissariat central de Bamenda (Nord-Ou est). Une situation sans doute, qui n’a pas laissé le gouvernement camerounais, indifférent. Pour exprimer son indignation, le gouvernement par la voix de son porte-parole, René Emmanuel Sadi, s’indigne contre cet autre acte barbare.

Le ministre de la Communication écrit « le gouvernement camerounais s’indigne et condamne avec la dernière énergie cet acte cruel, commis par des bandes terroristes sécessionistes, qui, une fois de plus, viennent d’ôter violemment la vie à un représentant de la force publique, dans le plein exercice de sa mission de protection des populations et de leurs biens ».

Occasion pour le ministre de la Communication de transmettre les condoléances du chef de l’Etat, Paul Biya, ainsi que celles du gouvernement, à la famille si durement éprouvée. Le ministre de la Communication informe par ailleurs qu’une enquête a été ouverte et que ces meurtriers sont en train d’être pourchassés, afin qu’ils répondent de leurs actes devant les juridictions compétentes. « Les services spécialisés recherchent activement les auteurs de cet assassinat d’un des valeureux éléments des forces camerounaises de défense et de sécurité », écrit René Emmanuel Sadi.

Un autre acte odieux qui s’ajoute à la pléthore des assassinats perpétrés par les rebelles sécessionnistes sur lés forces de l’ordre camerounaise. L’assassinat ignoble de Confort Tumassang, jeune femme âgée de 32 ans, le 11 août 2020 dans le Fako, région du Sud-ouest, par des terroristes, a suscité une indignation de tous. Le 4 août 2020, un autre rebelle sécessionniste assassinait sa compagne, la nommée Mbah Treasure à Mankon, dans la Mezam, région du Sud-ouest. Il la soupçonnait de complicité avec les pouvoirs publics.

En février de l’année en cours, des terroristes sécessionnistes ont attaqué une gendarmerie et un commissariat de police à Galim, dans le Nord-ouest du pays. Cinq membres des forces de sécurité et quatre civils ont été tués. Les Camerounais ont également en mémoire l’assassinat ignoble de florence Aya-for. Autant de crimes contre les forces de maintien de l’ordre et de sécurité condamnés avec la dernière énergie par le président de la République, l’ensemble du gouvernement et les Camerounais patriotes.

Source : Epervier n°1638

 

cliquer ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans Politique

To Top
shares