Cameroun Actuel

Dieudonné Essomba : «l’imposture ne bâtit pas un pays»

Dans une nouvelle tribune, l’économiste Dieudonné Essomba fait remarquer qu’on ne peut pas construire un pays en faisant la mauvaise foi. Il demande d’éviter de comparer le Cameroun à d’autres pays comme le Nigéria. 

Ci-dessous la tribune de Dieudonné Essomba

La mauvaise foi ne peut pas bâtir un pays. Certains reviennent sans cesse sur la comparaison particulièrement inappropriée entre le Cameroun et le Nigéria, en donnant évidemment un avantage au Cameroun.

En réponse, il faut leur dire qu’en Science Humaine, on ne raisonne jamais en termes de « panacée » mais en termes « d’optimalité ». Cela signifie qu’il n’y a pas de solution parfaite dans le monde. Mais parmi les solutions imparfaites, l’intelligence commande qu’on prenne la moins imparfaite.

Si vous avez le choix entre deux voitures présentant les mêmes performances techniques, vous allez prendre celle qui va vous coûter le moins cher en terme de consommation de carburant Vous n’allez pas dire : « les deux véhicules ont les accidents, donc ils sont équivalents ‘.

C’est le principe fondamental de l‘optimalité.

De ce point de vue, on ne peut pas juger l’Etat unitaire du Cameroun par rapport à l’Etat fédéral du Nigeria. Le Nigeria a ses graves faiblesses liées à sa taille, à l’hétérogénéité de sa population, à ses problèmes de gouvernance. Il a connu une guerre de Sécession, mais cette guerre a été justement causée par les victimes elles-mêmes, à savoir les IBO qui avaient fait un coup d’Etat militaire pour supprimer l’Etat fédéral et imposer un Etat unitaire, ce qui fut interprété par les autres comme un désir de domination.

Le Nigeria traine ses Sécessions mais il les contrôle et s’il n’était pas fédéral, il n’existerait même plus du tout ! Le Cameroun lui il est unitaire et il est devenu unitaire parce qu’on nous avait dit que c’est pour éviter les Sécessions.

La Sécession anglophone vient alors d’où ? Elle a quand même eu lieu dans un Etat unitaire !
Et c’est ici que se situe le point fondamental du débat : il y avait 2 parties dans le Cameroun anglophone, le Nortern Cameroon qui avait choisi le Nigeria et le Southern qui avait choisi le Cameroun.

Les Anglophones qui sont partis au Nigeria ne se sont jamais plaints et ne participent pas aux entreprises sécessionnistes. Par contre, ceux qui sont venus au Cameroun ont pris les armes !

Pourquoi ? C’est cela la question essentielle ! On ne peut pas emballer le débat derrière un charabia mystérieux, un foisonnement d’exemples paralogiques et un ramassis de banalités magistrales pour masquer le fait essentiel : si les Anglophones qui ont librement choisi le Cameroun se plaignent et ceux qui ont choisi le Nigeria ne se plaignent pas, cela signifie qu’à leurs yeux le système nigérian est largement plus attractif !

Il y a quel débat à mener là-dessus ?

Du point de vue économique et social, le Nigeria a de graves problèmes, mais il n’existe aucune comparaison possible avec le Cameroun. Les deux n’évoluent pas dans la même catégorie.

Le PIB par habitant du Nigeria est une fois et demie plus élevé que celui du Camerounais. Sur le classement des meilleures universités africaines, le Nigeria place 20 dans les 100 premières alors que le Cameroun n’en place aucune !

Quelle comparaison quelqu’un peut faire entre le Cameroun et le Nigeria ?
Et c’est le lieu pour moi de mettre en garde aussi bien les pouvoirs publics que les populations sur la dangerosité que peuvent présenter des intellectuels influents dans un pays. Il y a quatre ans, alors que des gens sages mettaient en garde contre l’usage de la force pour résoudre le problème anglophone, ces intellectuels sont montés au créneau en poussant le Gouvernement à la brutalité au nom de « l’Etat westphalien », de « l’Etat monstre froid » et d’autres concepts livresques sans la moindre prise avec la réalité camerounaise.

Aujourd’hui 4 ans plus tard, nous en sommes où ? L’Etat westphalien a maté les Amba Boys ? Ce n’est pas eux qui égorgent les partisans du Gouvernement en mondovision, sans que ce « monstre froid » puisse faire autre chose que d’inoffensives condamnations, comme une simple ONG ?

Ce monstre froid a mis fin aux Villes Mortes ? Aux Rentrées Mortes ?
Il y a une grave erreur évidente du Gouvernement à suivre ces gens ! Ils ne peuvent rien apporter de bon ni au régime dont ils vont entrainer la chute, ni au Cameroun dont ils vont entrainer l’explosion !

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Palmarès 2021 de l’OBC : le lycée bilingue de Bépanda classé meilleur établissement secondaire général public

Palmarès 2021 de l’OBC : le lycée bilingue de Bépanda classé meilleur établissement secondaire général public

Les classements des établissements aux examens de l'Obc viennent d'être rendus publics par ordre d'enseignement. C'est par ordre d'enseignement sur le plan national et régional que le palmarès des établissements aux examens de l'Office du baccalauréat du Cameroun (Obc), session 2020 vient d'être rendu public. Contrairement aux précédentes publications, le document ne présente pas de classement général de tous les...

Droits de l’homme : Mgr Samuel Kleda veut préserver l’héritage du Cardinal Tumi

Droits de l’homme : Mgr Samuel Kleda veut préserver l’héritage du Cardinal Tumi

Les inégalités sociales, les injustices et la corruption, sont quelques engagements que le prélat veut préserver après le décès de l’archevêque émérite de Douala.. Le prélat lors de l'inhumation du Cardinal Christian Tumi, archevêque émérite de Douala, a saisi l'occasion, pour rappeler le rôle important qu'a joué l'archevêque émérite de Douala, pour le développement socio politique du Cameroun. Véritable chantre...

Yaoundé II : comment les populations se débrouillent face à la pénurie d’eau potable

Yaoundé II : comment les populations se débrouillent face à la pénurie d’eau potable

Les populations de cette commune font face à des difficultés d'approvisionnement. Robinets à sec à Febe village. Nous sommes dans la commune de Yaoundé II. Ici, les populations n'ont pas vu l’eau couler depuis plusieurs mois. Le précieux liquide qui aide à la survie coule d'une source dans un bas-fond du quartier. C'est l'un des rares points d'approvisionnement en eau...

Yaoundé : les embouteillages font leurs nids à Etoudi

Yaoundé : les embouteillages font leurs nids à Etoudi

Cette situation est due à l’occupation anarchique des trottoirs par les commerçant: et les motocycles. Circuler à Etoudi est un parcours de combattant. A pieds comme à voiture, la circulation est loin d’être fluide. Le pourcentage de se voir marcher dessus est très élevé. La chaussée et le trottoir se confondent sous les yeux indifférents des vendeurs ambulants et à...