Connect with us

Cameroun Actuel

Année scolaire 2020-2021 : les cours se feront en mode mi-temps

Société

Année scolaire 2020-2021 : les cours se feront en mode mi-temps

Année scolaire 2020-2021 : les cours se feront en mode mi-temps

C’est l’option envisagée par le ministère des Enseignements secondaires pour l’année scolaire 2020/2021.

L’année scolaire 2020/2021 est déjà en préparation au ministère des Enseignements secondaires. Alors que la crise sanitaire causée par la covid-19 persiste, il est question pour ce département ministériel de se réorganiser. Pour ce faire, la ministre des Enseignements secondaires a présidé une visioconférence le 12 août dernier. Des recommandations et des instructions ont été formulées en relation avec les perspectives de l’année scolaire prochaine. Il ressort que les cours pourront se dérouler en mode mi-temps.

Demandes aux chefs d’établissements scolaires

Dans un courrier du délégué départemental du Mfoundi signé le 13 août 2020 et adressé aux chefs d’établissement public, il leur est demandé de conduire une étude. Celle-ci porte sur des préalables notamment un effectif de 50 élèves par classe y compris les redoublants de la 6e en terminale (Esg et Entp) ; l’interdiction d’organiser des cours le samedi ; la prise en compte de la distance learning. La répartition des élèves en deux groupes (un groupe le matin et un autre dans l’après-midi) et les mesures barrières de lutte contre la covid-19 sont aussi à prendre en compte.

Informations

Ces préalables remplis, les chefs d’établissement doivent fournir certaines informations. Ces données permettront une meilleure organisation pour l’application du mode mi-temps. Il s’agit du nombre de divisions générées à partir des effectifs actuels ; du nombre de salles de classe existant ; du besoin en salles de classe supplémentaires ainsi que du nombre de salles de classe par cycle et par sous-cycle. Ils devront établir le volume horaire généré par discipline. Le nombre d’enseignants existant et le besoin d’enseignants par discipline sont attendus. Ils doivent également signaler le besoin en infrastructures personnels d’appui, en équipements et en personnels d’appui. Il leur est demandé de faire des suggestions et de relever les difficultés auxquelles ils sont confrontés. Les chefs d’établissement public avaient jusqu’au 17 août dernier pour acheminer ces informations.

Source: le quotidien Le Jour n°3240

cliquer ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans Société

To Top
shares