Connect with us

Cameroun Actuel

Coup d’Etat militaire au Mali : Ibrahim Boubacar Keïta n’est plus Président

International

Coup d’Etat militaire au Mali : Ibrahim Boubacar Keïta n’est plus Président

Coup d’Etat militaire au Mali : Ibrahim Boubacar Keïta n’est plus Président

Ibrahim Boubacar Keïta le désormais ex-Président de la République du Mali a annoncé sa démission dans la nuit de mardi 18 août à mercredi 19 août 2020, après son arrestation survenue plus tôt dans la journée.

De ses sept années passées à la tête de l’Etat du Mali, le désormais ancien Président Ibrahim Boubacar Keïta garde en mémoire une belle période, à travailler pour essayer de redresser son pays. Il faut indiquer qu’il dirigeait le Mali depuis l’année 2013.

Au cours de l’annonce de sa démission, il a fait mention des dernières semaines qui ont été marquées au Mali par des manifestations réclamant son départ de la Présidence de son pays. Il a précisé qu’il n’a jamais voulu voir le sang couler. Et aujourd’hui, s’il faille que pour préserver la paix, il doit laisser le pouvoir, il est prêt à le faire.

« Si, aujourd’hui, il a plu à certains éléments de nos forces armées de conclure que cela devait se terminer par leur intervention, ai-je réellement le choix ? M’y soumettre, car je ne souhaite qu’aucun sang ne soit versé pour mon maintien aux affaires…C’est pourquoi je voudrais à ce moment précis, tout en remerciant le peuple malien de son accompagnement au long de ces longues années et la chaleur de son affection, vous dire ma décision de quitter mes fonctions, toutes mes fonctions, à partir de ce moment…Et avec toutes les conséquences de droit : la dissolution de l’Assemblée nationale et celle du gouvernement», a déclaré l’ancien Président malien Ibrahim Boubacar Keïta.

Rappel

Tout a commencé avec la prise de contrôle par les mutins de l’importante garnison de Kati, à 15 km de Bamako, où des coups de feu ont été entendus tôt dans la matinée. Les insurgés se sont ensuite rendus à Bamako pour effectuer une descente au ministère de la Défense afin d’y arrêter quasiment tout l’état-major de l’armée. D’autres arrestations ont été planifiées, notamment celles des Ministres de la Sécurité et de la Défense.

Malgré l’appel au dialogue du gouvernement dans l’après-midi, les militaires ont finalement arrêté Ibrahim Boubacar Keïta et son Premier ministre en fin de journée, avant de les conduire au camp de Kati à bord de véhicules blindés.

La communauté internationale a unanimement condamné ce coup de force.

cliquer ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans International

To Top
shares