Connect with us

Cameroun Actuel

Vaccin : ça bouillonne dans les laboratoires

Santé

Vaccin : ça bouillonne dans les laboratoires

Vaccin : ça bouillonne dans les laboratoires

 Plusieurs initiatives en cours à travers le monde depuis des mois pour élaborer un sérum efficace contre cette pandémie. Et les premiers résultats sont encourageants.

Aux Etats-Unis, le premier candidat vaccin contre le coronavirus testé chez les humains semble faire ses preuves. Actuellement en essai clinique, cette trouvaille développée par l’institut national de la Santé des Etats-Unis et l’entreprise de biotechnologies Mo-derna offre jusqu’à présent des résultats encourageants. L’injection du produit semble sûre et a déclenché une réponse immunitaire chez l’ensemble des 45 sujets participant à l’étude. Néanmoins, la moitié d’entre eux ont fait l’expérience d’effets indésirables dont de la fatigue, des frissons, des migraines, et des douleurs musculaires.

La phase III des essais cliniques démarrera le 27 juillet, avec 30.000 participants. Le produit sera administré à 50 % d’entre eux tandis que l’autre moitié recevra un placebo. Les chercheurs souhaitent concentrer leurs tests dans des villes particulièrement touchées par le virus et espèrent que cette dernière phase de confirmation sera bouclée au mois d’octobre.

En France, malgré son retard par rapport à ses concurrents, Sanofi s’estime plutôt confiant. Le laboratoire travaille au développement de deux vaccins contre le Covid-19, attendus en 2021. Le premier, développé avec le britannique GSK, utilise la technologie dite de l’ADN recombinant, déjà utilisée pour un vaccin antigrippal.

Celui-ci devrait faire l’objet d’essais cliniques en septembre et être disponible au premier semestre de 2021. Le groupe affirme pouvoir produire un milliard de doses par an. « Nous sommes un peu plus lents mais nous sommes plus susceptibles de réussir », assure le directeur général de Sanofi, Paul Hudson.

En Chine, le laboratoire CanSino Biologies a annoncé le 22 mai des résultats prometteurs d’un vaccin recombinant à adénovirus de type 5 (Ad5), en obtenant un début d’immunité chez l’humain : « Les anticorps Elisa et les anticorps neutralisants ont augmenté de manière significative au jour 14 et ont cumulé 28 jours après la vaccination », indique Wei Chen, l’auteur principal de l’étude parue dans la revue médicale The Lancet.

Les essais sont passés en phase II ce qui pourrait produire des résultats ce mois de juillet, annonce les autorités chinoises. Il s’agit de la deuxième des trois étapes des tests sur l’homme à valider avant toute commercialisation. Par contre, aucune date de commercialisation n’a été avancée par la Chine.

En Grande-Bretagne, le gouvernement a annoncé lundi 20 juillet un accord portant sur 90 millions de doses de deux vaccins en cours de développement contre le Covid-19. Celui de l’alliance germano-américaine BioNtec/Pfizer et du laboratoire français Valneva.

Ces accords sur 30 millions de doses pour l’alliance entre la biotech allemande BioNtech et le laboratoire américain Pfizer et 60 millions pour le français Valneva viennent s’ajouter à un accord avec le groupe britannique AstraZeneca, pour 100 millions de doses du vaccin que développe l’Université d’Oxford, considéré comme parmi les prometteurs dans le monde.

Source : Cameroon Tribune

cliquer ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans Santé

To Top
shares