Connect with us

Cameroun Actuel

Denis Nkwebo sur l’affaire Ernest Obama : « c’est quand-même extraordinaire de voir qu’un justiciable peut écrire au Procureur »

Médias

Denis Nkwebo sur l’affaire Ernest Obama : « c’est quand-même extraordinaire de voir qu’un justiciable peut écrire au Procureur »

Denis Nkwebo sur l’affaire Ernest Obama : « c’est quand-même extraordinaire de voir qu’un justiciable peut écrire au Procureur »

Président du Syndicat national des journalistes du Cameroun (Snjc), le journaliste devenu directeur de publication revient sur la libération du journaliste Ernest Obama.

Ernest Obama l’ex-directeur général de Vision 4 télévision doit comparaitre libre dans l’affaire qui l’oppose à son ex-patron Amougou Belinga. Ce vendredi 26 juin 2020, Denis Kwebo, le président  du Syndicat national des journalistes du Cameroun revient sur le sujet sur les antennes de Radio France Internationale (Rfi). Dans l’entretien avec la radio française, il revient sur les conditions  d’arrestation du journaliste.

« Monsieur Obama avait été interpellé dans le bureau de son patron sans aucun mandat, pour se voir signifier une plainte plus de 20h après. Donc nous disions dès le départ que nous assistons à une justice privée où un Procureur de la République s’est retrouvé dans un bureau privé pour interpeller un citoyen sans mandat et aujourd’hui, nous avons confirmation à travers la lettre du PDG de Vision 4 au Procureur général du Centre qu’il y a une instrumentalisation de la justice camerounaise », précise Denis Kwebo.

Les journalistes du Cameroun

Dans une lettre adressée au procureur de la République, le 24 juin 2020,  l’homme d’affaires demande la libération du journaliste pour des besoins humanitaires afin qu’il puisse comparaitre libre. Denis Kwebo trouve une telle démarche archaïque. Il espère néanmoins que les charges vont être abandonnées contre lui.

« C’est quand-même extraordinaire de voir qu’un justiciable peut écrire au Procureur général pour lui demander de sursoir à la mise en détention d’un citoyen. Qu’Ernest Obama soit libéré, ce n’est que l’aboutissement d’un processus où nous disions qu’on était dans le cadre d’une illégalité absolue. Les journalistes du Cameroun sont satisfaits et espèrent que toutes les poursuites seront abandonnées contre Ernest Obama », conclut le président du Snjc.

cliquer ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans Médias

To Top
shares